Modern technology gives us many things.

Moustapha Niasse magnifie le dynamisme de la communauté libanaise

moustapha niasseLe président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a relevé pour s’en féliciter “la parfaite intégration” de la communauté libanaise dont il a salué le dynamise et la générosité, selon lui visibles au Sénégal dans le domaine de la santé et du social.

“Il y a une amitié qui lie les deux pays depuis très longtemps et qui ne cesse de se consolider, chaque jour, chaque semaine, chaque mois et chaque année”, a-t-il déclaré, en présidant vendredi soir une cérémonie marquant la millionième consultation d’un malade par l’Institut islamique et social libanais basé à Dakar.

L’ambassadeur du Liban au Sénégal, des représentants des ministères de l’Intérieur, de la Santé et des Affaires étrangères, des commerçants, des industriels, arabisants, des professeurs et des médecins assistaient à cette manifestation, à côté de nombreux Sénégalais-Libanais, dans les locaux de l’institution islamique et sociale du Liban dans la capitale sénégalaise.

“Il faut rendre hommage à la communauté libanaise pour sa générosité. Elle sait donner ce qu’elle a dans le cœur et entre les mains. Quel acte de générosité peut dépasser le fait de soigner un malade, d’autant plus que vous en êtes à votre millionième malade consulté”, a déclaré le président de l’Assemblée nationale.

“En mars 1970, je venais d’être nommé directeur de cabinet du président Léopold Sédar Senghor. Quelques jours après, le président Senghor et moi avions reçu en audience Cheikh Monem El Zein, président de l’Institution islamique et sociale libanaise basée à Dakar. Depuis ce jour, nos liens ne cessent de se consolider”, a rappelé Moustapha Naisse, président d’honneur de l’Institut islamique et social libanais depuis maintenant 31 ans.

“Dans cet Institut islamique du Liban, on enseigne, soigne et on soulage des démunis (…) Il faut saluer, soutenir et encourager ceux qui ont pris l’initiative de ce projet”, a ajouté l’ancien Premier ministre.

Cheikh Monem El Zein, président de l’Institut islamique et social depuis sa création en 1979 et guide religieux de la communauté sénégalo-libanaise à Dakar, est revenu sur le bilan de sa structure. “Depuis des années, a-t-il dit, nous soignons des personnes, nous assistons les démunis et contribuons à l’enseignement de la langue arabe et de la religion islamique au Sénégal”.

L’Institut islamique et social libanais est présenté par ses initiateurs comme une structure qui travaille dans la discrétion dans le domaine de la santé et s’active dans le social. Il abrite un dispensaire interne qui reçoit en moyenne 60 patients par jour. Plusieurs spécialistes de la médecine y officient à côté d’enseignants arabes chargés du volet éducatif.

Les commentaires sont fermés.