Modern technology gives us many things.

Moustapha Diakhaté vote le projet de code de la presse

moustapha Diakhaté 2Les divergences sur la très controversée dépénalisation des infractions telles que la diffamation, l’injure, les fausses informations ou les outrages ne doivent pas retarder l’adoption du projet du nouveau code de la presse, a affirmé le président du groupe Benno Bokk Yaakaar (BBY, majorité) à l’Assemblée nationale.

‘’Avec l’adoption de ce code, tout en maintenant les dispositions pénales et civiles actuellement en vigueur, les choses vont s’améliorer avec la +forte volonté, plusieurs fois réaffirmée, des acteurs de la presse sénégalaise d’inscrire l’exercice de leurs métiers, de leurs activités, dans un cadre marqué par les principes de compétence pour l’acquisition de la qualité de journaliste’’, a déclaré Moustapha Diakhaté dans ses vœux à la presse, à l’occasion du nouvel an.

Evoquant le cas Sidy Lamine Niass, PDG du groupe Walfdjri, sous le coup de l’accusation du délit d’offense de l’Etat et qui a bénéficié d’une liberté provisoire, Moustapha Diakhaté, rappelle qu’au seuil du nouvel an, ‘’l’actualité révèle que, la législation en vigueur en matière de presse, ne permet pas d’assurer à nos compatriotes que la presse et les médias sont à l’abri de risques d’asservissement à des intérêts crypto-personnels’’.

Selon lui, ‘’il appartient au gouvernement, à la représentation nationale et aux vrais acteurs de la presse de doter le Sénégal d’un puissant code de la presse afin de garantir l’indépendance des rédactions et d’éradiquer la mainmise et l’utilisation, à des fins personnelles, des groupes de presse par des individus peu scrupuleux’’.

De l’avis de Moustapha Diakhaté, ‘’le nouveau projet de code de la presse doit faire respecter l’indépendance des journalistes et la dignité de ceux qui consomment l’information, les Sénégalais’’. Il a souligné que la défense de la liberté d’expression ‘’doit passer aussi par des mesures courageuses contre tous ceux qui en abusent au point de menacer la cohésion nationale et la stabilité de nos institutions’’.

Le président du groupe BBY appelle à travailler ‘’ensemble et, dans le même mouvement (afin de) faire de 2014 un temps fort pour notre presse et notre démocratie avec l’atteinte des 10 objectifs essentiels du nouveau code de la presse’’.

Il cite entre autres la mise en place, au bénéfice du public, d’un cadre juridique cohérent et transparent, garantissant la liberté de la presse et favorisant une concurrence saine et loyale entre les divers opérateurs et répondant à l’évolution technologique, politique et juridique.

A cela s’ajoutent aussi la production et le développement d’informations, de programmes et services de qualité contribuant à l’éducation, à l’épanouissement culturel, scientifique, moral, social et économique des citoyens.

Moustapha Diakhaté cite encore le renforcement des missions de service public de la presse en ‘’confortant sa vocation généraliste, c’est-à-dire informative, éducative et ludique en consolidant l’unité de la Nation tout en favorisant le désenclavement des régions et des localités, ainsi que le développement socio-économique et culturel de la Nation’’.

 

Les commentaires sont fermés.