Quand il s’agit de parler du Qatar, Abdeslam Ouadd

Dans une interview accordée à L’Est Républicain, l’ancien joueur, désormais à la retraite, est revenu sur le combat qui l’oppose aux Qataris : « Leur visage est double. Moi, je peux parler des deux, j’ai vécu là-bas. Ce sont les mêmes personnes : ceux qui offrent 170 millions d’euros de mécénat à Barcelone, ceux du PSG  et ceux qui martyrisent des personnes chez eux […] Les droits de l’homme et de la femme sont bafoués en permanence. »

ou n’a pas la langue dans sa poche.

qatar 2022

En ce qui concerne la Coupe du monde 2022, attribuée au Qatar, l’ancien Nancéien espère une prise de conscience : « On a appelé à revoter pour l’attribuer à un pays respectueux de l’être humain. Savez-vous aussi que 400 travailleurs décèdent chaque année sur les chantiers ? Ça fera 5.000 morts sur les stades quand le Mondial débutera ! Seulement, Blatter a trouvé la parade : il dit qu’il ne peut pas faire d’ingérence dans la politique d’un état souverain. Nous, les joueurs, on peut changer ça, on ne peut pas jouer là où des gens sont morts ! […] On est dans un apartheid des temps modernes et on veut que le football cautionne. Moi, Abdès Ouaddou, malgré ma carrière, je ne suis pas grand-chose, un petit joueur. Si demain Messi, Zidane ou Ronaldo en parlent, alors oui, on va nous entendre. »

PARTAGER