Modern technology gives us many things.

Mimi Touré risque gros : Elle vient de recevoir une citation directe pour un “faux document”

C’est dans un communiqué que les avocats de Hissène habré déclarent avoir servi une citation directe à l’ex Pm Mimi Touré. En effet, Ils accusent Mimi Touré d’avoir produit un faux document..
Communiqué
La citation directe servie à Mme Aminata Touré

La citation directe servie à Mme Aminata Touré est avant tout la mise en œuvre du principe de responsabilité découlant de l’exercice d’un pouvoir par une autorité. Cela veut dire que toute personne qui a eu à poser des actes sur la base d’un pouvoir doit en rendre compte : c’est le principe de responsabilité, un point important dans la bonne gouvernance.

Mme Touré, alors ministre de la justice, a déclaré avoir reçu des pleins pouvoirs du ministre Alioune Badara CISSE (ABC). Nous avons après examen du document dit que c’est un faux. Après expertise, il est doublement faux.

Compte tenu de la gravité des faits et des actes qui ont quand même, conduit un homme en prison, compte tenu d’une affaire qui a vu l’intervention de plusieurs juridictions ; Cour de cassation, Cour de la CEDEAO, CIJ, une affaire qui a mobilisé des milliards, une affaire qui est devenue une priorité pour le gouvernement sénégalais. Alors nous avons choisi d’interpeller le ministre ABC, qui a répondu, tenant compte de l’enjeu, il a répondu et édifie l’opinion nationale et internationale. Il n’a pas signé ce document présenté par Mme Aminata Touré.

Soulignons que Mme Touré ne fait pas la guerre au Ministre ABC qui l’a désavoué. Pourquoi fait-elle de la diversion ? Nous l’invitons à ne pas fuir la justice, à apporter tous les éléments de preuve pour édifier l’opinion.

Nous avons entendu Mme Touré agiter toutes sortes d’arguments en désordre

Elle a surtout privilégié une position de défense qui consiste à dire : « j’ai exécuté les instructions du Chef de l’Etat, autrement dit, ce n’est pas moi, c’est lui. ». Puis, elle a dit : « c’est le principe de continuité de l’Etat et donc poursuivez Sidiki Kaba. ». On parle de continuité de l’Etat quand on demande le respect des engagements pris par l’Etat, par un régime qui succède à un autre. Par exemple, le droit d’asile accordé à un chef d’Etat par Jacques Chirac ne sera pas remis en cause par son successeur Nicolas Sarkozy au nom du respect des engagements pris par l’Etat Français et du principe de continuité qu’on pourrait dire violé au Sénégal par Mme Touré par rapport au Droit d’asile accordé par le Président Abdou Diouf au Président Hissein Habré.
On est surpris d’entendre Mme Touré vouloir échapper à un délit pénal en parlant de continuité, dans ce cas, comment peut-elle justifier la traque des biens mal acquis, il fallait, selon sa théorie, poursuivre les actuels occupants des postes ministériels de Karim Wade.
Ensuite, Mme Touré nous dit, vous devez me poursuivre devant la haute cour de justice et elle est revenue demander une protection politique pour fuir la justice.

Le Ministre ABC a le même statut que Mme Touré, mais, en son âme et conscience, compte tenu de la gravité de l’affaire et de son extrême médiatisation, et de l’implication de nombreux pays dans cette affaire mais aussi de l’emprisonnement du Président Habré, il a répondu, il ne s’est pas caché derrière un paravent politique. Il a ôté tout doute sur sa personne et a démontré qu’on pouvait faire de la politique avec éthique et responsabilité.

En outre, quand le ministre de la justice Sidiki Kaba a insulté le Président Habré en le traitant de bourreau, nous avons déposé une plainte en diffamation, le juge s’est déclaré compétent car insulter les gens tout comme fabriquer des faux ne peuvent être considérés comme des actes relevant de l’exercice normal d’un ministre. Récemment le juge a rendu une décision sur le fond, elle est regrettable après un an de tergiversations, le juge a dit que l’expression « bourreau du peuple tchadien » n’était pas une expression outrageante. C’est triste pour la justice sénégalaise.

Nous prenons à témoin l’opinion que malgré de nombreuses sorties à travers lesquelles, nous avons pu constater les effets de la citation : personne n’a entendu Mme Aminata Touré dire : « Je n’ai pas fait de faux. Je n’ai pas fait de faux. ». Ces mots simples et clairs, personne ne les a entendus et pour cause. Ce qu’on a entendu, c’est : « j’ai agi sur instructions du chef de l’Etat ».

On est surpris de la démarche menaçante envers le Président Macky SAll, pour quelqu’un qui parle de courage, qui dit assumer tout. Ces mots sont des aveux. Nous l’invitons à ne pas fuir la justice, à ne pas pointer du doigt sans arrêt le Président Macky SALL mais à assumer sa mal gouvernance personnelle devant la justice. Sa fuite installera un doute à jamais sur sa personne.

Ce faux est la conséquence directe de l’irruption de la politique dans l’organisation de la prétendue Justice Africaine. Il ne s’agit plus de rendre la Justice, mais de remplir un mandat politique financé par le Tchad, et pour ce faire, il fallait contourner tous les obstacles, tous les contre-pouvoirs, le Conseil Constitutionnel, l’Assemblée, le Ministre des Affaires Etrangères lui-même, violer l’ensemble des règles constitutionnelles et les standard internationaux de la Justice et cela aussi pour satisfaire sous couvert des droits de l’homme une seule et unique ambition personnelle. Voilà le prix payé à Idriss DEBY dont les conséquences sont désastreuses pour son pays et que Madame TOURE refuse d’assumer.

Aujourd’hui, le Président Macky SALL doit constater cette situation et courageusement en tirer toutes les conséquences. La première, en tant que garant de l’indépendance de la Justice, est de faire cesser cette farce judiciaire. Le Ministre de la Justice et le Procureur Mbacké Fall doivent requérir la libération du Président HABRE. La seconde, en tant que garant de l’ordre constitutionnel est de s’assurer que le Conseil constitutionnel puisse être saisi de cette affaire dans les délais les plus brefs (nous avons sollicité l’intervention du CC à la Cour suprême depuis près de 18 mois !) afin qu’il puisse enfin statuer sur la validité de cette juridiction honteuse dont le Sénégal a hérité pour le seul avantage du pouvoir tchadien.
Toute personne qui introduit une action en justice, a droit qu’on lui rende justice. Est-il normal qu’on s’organise pour bloquer tous nos recours pour laisser le temps aux CAE d’avancer jusqu’au jugement ? Tout un chacun peut constater le crash du processus judiciaire lancé au nom de l’Afrique. Constater avec nous que si le Président Habré était rentré dans ce procès, Deby n’aurait jamais permis que, nous Avocats du Président Habré, convoquions à Dakar des responsables militaires et politiques pour édifier la justice. Aujourd’hui, l’UA, les ONG, et les autres se mobilisent pour organiser un blanchiment d’Idriss Deby.
La Défense du Président Hissein HABRE

Les commentaires sont fermés.