rfi en deuilLe Touareg propriétaire de la voiture qui a servi à l’enlèvement, est soupçonné d’avoir planifié les enlèvements pour le compte d’Aqmi.

Un Touareg soupçonné d’avoir « planifié » l’enlèvement le 2 novembre à Kidal, dans le nord-est du Mali, des deux journalistes français tués juste après a été formellement identifié, a appris jeudi l’AFP de sources sécuritaires maliennes et régionales. Cet homme est le propriétaire de la voiture qui a servi à l’enlèvement, selon une source sécuritaire malienne proche de l’enquête. « Nous avons informé la France de l’identification formelle du propriétaire du véhicule des ravisseurs. Il s’agit de Bayes Ag Bakabo, un Touareg », a précisé cette source.

Bayes Ag Bakabo « est très fortement soupçonné d’avoir planifié les enlèvements pour le compte d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique) qu’il a fréquenté assidûment un moment », a précisé cette source malienne. Son complice, dont le nom n’a pas été communiqué, « est de la famille de Hama Lamine Sall, de nationalité mauritanienne, et dont la mère est touareg ». « Nous sommes sur leur trace », a-t-elle ajouté.

Selon cette source, Bayes Ag Bakabo appartient à « la même tribu » qu’Ambéry Ag Rhissa, un responsable de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à Kidal que les deux journalistes venaient juste d’interviewer. C’est devant son domicile qu’ils ont été enlevés, avant d’être tués moins de deux heures plus tard à une dizaine de kilomètres de la ville. Une source militaire africaine à Kidal, également proche de l’enquête, a confirmé cette information en précisant que « Bayes Ag Bakabo s’est recyclé un moment dans le MNLA » après son engagement avec Aqmi.

PARTAGER