Modern technology gives us many things.

Mercato politique – Par Malamine Fall

Législatives – L’approche de ces joutes électorales déterminantes ravive la scène politique sénégalaise avec ses lots d’événements qui méritent l’attention aussi bien des acteurs que du commun des mortels. Les manœuvres s’intensifient, certains pour nouer des alliances, d’autres pour former ou réactiver des coalitions au nom de l’intérêt que l’on porte au bien-être du peuple.

 

Ces manipulations ne sont pas  uniquement d’actualité sous nos tropiques.  Après leurs surprenantes élections présidentielles, nos parents historiques, les français s’inscrivent dans la même dynamique.

 

L’opposition significative, avec des partis dont la représentativité ne se conteste plus, a décidé de se retrouver au sein d’une formation en vue de bousculer les plus téméraires du camp présidentiel, le tout autour d’hommes qui se distinguent par leur amour à la patrie. C’est pourquoi, on ne s’étonne pas trop du choix porté sur le Président Malick GAKOU pour coordonner MankooTaxawuSenegal qui incarne l’espoir de tout un peuple asphyxié par des programmes mégalomaniaques, budgétivores et sans aucune ambition pour le développement du pays.

 

Malheureusement, certains de nos concitoyens choisissent de s’écarter de ces stratégies de haute politique pour emprunter les terriers de la honte en vue d’assouvir des ambitions individualistes et bassement matérielles. Les observateurs qui ont forgé le terme de transhumance pour désigner la migration de ces politiciens sans classe, ont parfaitement raison.

 

A l’image de ces antilopes d’Afrique, les gnous, ils suivent leur instinct, tête baissée bravant le mépris du peuple et ne répondant qu’à l’appel du ventre. Le dernier exemple en date nous émeut, tant il jouissait de notre part une considération pour ses qualités intellectuelles de professeur d’université es médecine et de sa proximité avec notre leader, l’enfant chéri de la banlieue.

 

Permettez-nous d’éprouver du chagrin à l’endroit de cet ex-camarade, qui, brillant enseignant soit-il, aura surement des difficultés à expliquer son attitude. Des raisons, il n’en manque pas mais des raisons conformes aux convictions de patriote, il aura bien cherché, il n’en trouvera aucune.

 

Tout le monde sait qu’un parti politique ne peut s’assimiler à un arbre à feuilles persistantes. Mais il est important de considérer que celles qui finissent par mourir et tomber ne font qu’enrichir le sol à ses racines. Personne ne peut arrêter la marche de l’histoire. Le Grand Parti est en marche, la conquête se fera. L’avenir nous appartient.

 

L’acte que vous venez de poser nous servira de leçon mon Professeur, à nous, vos étudiants mais, on a opté de garder le cap et bon vent.

 

Malamine Fall

Responsable des jeunes du gp département kaolack

 

Les commentaires sont fermés.