Modern technology gives us many things.

Médiation algérienne entre Touaregs et Arabes du Nord Mali

tchad armée

Les négociations qui se déroulent, selon la même source, quelque part entre les villes malienne d’In Khalil et algérienne de Bordj Badji Mokhtar, regroupent des personnalités politiques et militaires des deux camps, dont Bilal Ag Acherif et Mohamed Ag Najem, coté touareg et Cheikh Ammi Younes Ezzaoui, coté arabe.

Cette médiation algérienne, convenue lors de la visite début novembre du ministre algérien des Affaires étrangères Ramtrane Lamamra à Bamako, vise, ajoute le même source, non seulement à ramener la stabilité politique et sécuritaire au Nord Mali mais également à apaiser les tensions entre les deux communautés qui vivent également à l’intérieur des frontières algériennes ; lesquelles s’étaient mortellement affrontées à la mi-août dernier.

Décembre 2012, le MAA avait déclaré que malgré « des petites divergences avec le MNLA », il entretient « de très bons rapports » avec lui.

Deux mois plus tard, la situation se dégénère lorsque le MAA attaque le mouvement touareg du MLNA dans la localité d’In Khalil.

Le mouvement arabe reproche à ses adversaires d’avoir saisi tous les véhicules des Arabes, vidé les commerces et violé les femmes.

Pour sa part, le MLNA qui ne voyait pas de distinction entre le MAA et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), accuse le mouvement arabe de s’être allié avec le MUJAO lors de la guerre qui a secoué le pays en janvier 2012.

Début novembre, le MNLA, le MAA et une troisième faction autonomiste, le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), ont annoncé leur fusion, même si sur le terrain tous les différends n’ont pas été aplanis.

Les commentaires sont fermés.