lamine sambaC’est la question que se sont posée bon nombre de téléspectateurs après avoir suivi, dimanche dernier (13 octobre 2013), l’émission « Jonganté » de Lamine Samba (photo ci-contre).

Un téléspectateur outré, qui s’est confié au site Gawlo. net, a dit toute son appréhension de voir les  principes fondamentaux de la profession de journaliste et de communicateur foulés aux pieds par des gens, à l’expertise douteuse,  qui ont l’habitude de faire la pluie et le beau temps sur les plateaux de télé et au niveau de la bande FM.

Quand on entre par effraction dans un métier pour lequel l’on n’est pas bien préparé, les excès et les  dérapages demeurent le lot quotidien. C’est le cas de Lamine Samba qui l’a illustré, l’autre jour, en s’essayant à un exercice jusque-là inconnu et non autorisé par les puristes et doctrinaires de la profession : s’auto – interviewer dans sa propre émission. Le comble c’est que le tonitruant « communicateur moderne » (il se définit comme tel) a réussi cette prouesse avec la complicité de Abdoul Aziz Mbaye de la TFM,  considéré comme l’intellectuel des communicateurs traditionnels.

Ces deux animateurs se sont mis certainement d’accord sur un questionnaire à la carte,  bien précis et parfois enrobé, exprès, de fausses questions – pièges pour tromper la vigilance des téléspectateurs qui, ce jour-là, étaient considérés comme les dindons de la farce. Car en face de Lamine Samba, il n’y avait point de lutteur sur qui se défouler comme il fait d’ habitude, mais lui-même avec son oncle Aziz, complice et flagorneur du jour, non pour s’auto-flageller mais, au contraire, pour s’auto-caresser et se forger  une promotion personnelle et  un destin de star.

Mais ce qui est grave, c’est que le prétendu  « sournaliste », sourd à toutes les mises en garde de façade de « son » interviewer du jour, s’est autorisé des dérives inqualifiables et difficilement acceptables à savoir mentir, en direct, à la télé et jeter l’anathème sur les annonceurs qui font confiance à la structure qui l’emploie et  qui lui assure un salaire considéré,  par certains, comme largement au-dessus de sa qualification et de ses compétences.

Lamine Samba n’a pas hésité à dire, contre toute attente, qu’il a été encadré, durant sa formation   dans  le tas à Walfadjri, par Mamoudou Ibra Kane et Alassane Samba Diop. Faux ! Ont rétorqué Tonton Ada et Sylla Mougnal de « Dialgati Xibaar » qui ont cheminé avec lui. Parce que, disent-ils, quand leur ami Lamine « échouait » à  Walfadjri, MIK et Lazou  avaient déjà quitté le groupe de presse de Sidy Lamine Niasse. Ceux qui le connaissent bien certifient qu’il a fait ses premiers pas à Oxygène, la radio communautaire de Pikine et que dans ses remerciements, il « oublie » toujours  de citer ceux qui lui ont appris les rudiments du métier d’animateur.

Le management du Groupe Futurs Médias doit prêter attention à cet animateur bien particulier qui, s’il n’y prend pas garde, va lui valoir pas mal de déboires avec ses téléspectateurs et ses annonceurs.

mansour diengMansour Dieng (photo)

Directeur de Icône magazine et Gawlo.net

PARTAGER