Modern technology gives us many things.

Me Aïssata Tall Sall : « Je pense que ce que nous n’avons pas réussi en tant que socialiste, c’est… »

aissata tall sall 2Invité de l’émission « Grand jury », de ce dimanche sur la Rfm, Me Aïssata Tall Sall, en compagnie du doyen Cheikh Amidou Kane, auteur de « L’aventure ambigüe », de la libérale, Ngoné Ndoye, maire de Rufisque Est  et de Fadel Baro de Y’en a marre, s’est prononcé sur la part de responsabilité du Parti socialiste dans la logique de « l’art de vaincre sans avoir raison », « une ruse », comme la qualifié Mamadou Ibra Kane, animateur de l’émission qui fête ses 10 ans, qui a permis au monde occidental d’imposer la traite négrière, de coloniser l’Afrique, des leçons de vie tirées de l’Aventure ambigüe pour caractériser l’école française…, en ces termes :

« Je crois que vous avez introduit cette émission de façon remarquable, en faisant allusion à « L’aventure ambigüe ». Est-ce que nous y sommes ? Je pense que oui, même si nous en sortons. C’est ma conviction. Pour moi, la génération d’avant représentait effectivement «L’aventure ambigüe » de Samba Diallo. Samba Diallo qui a fini par mourir. Est-ce qu’il n’a pas pu surmonter les propres contradictions qui étaient les siennes ? Je ne vais pas dire ce que l’auteur ne pense pas, mais je croire sincèrement, notre génération, nous nous sommes les petites filles de la Grande Royale, un peu décomplexé, ayant été à l’école, tout en étant arcboutés sur nos valeurs culturelles, sociales, sans que rien n’ait nuit à notre ouverture sur l’extérieur. Je pense que cela est très important.

Quand les Sénégalais me demandent, je leur dit que je plaide à Paris comme une Parisienne, mais je parle comme une foutanké lorsque je suis à Podor ou à Matam. Ensuite, l’aventure, elle se termine poste aventure avec la génération des Fadel Barro. Donc, je crois que dans cette aventure, nous avons la responsabilité intermédiaire. Qu’avons-nous fait de notre indépendance ? Je crois que cela est extrêmement important. Surtout moi qui vient d’un parti qui a travaillé pour le Sénégal avant l’indépendance, le Bds a été crée en 1948, 12 ans avant 1960, qui a géré ce pays pendant 40 ans, qui fondé un Etat, bâti une démocratie et qui fait provoqué l’alternance en 2000. Je pense que notre responsabilité est la plus importante. Bien sûr, tout n’est pas blanc, mais tout n’est pas noir dans ce que nous avons fait. Et c’est la raison pour laquelle, je disais que nous sommes les petites files de la « Grande Royale » (Un des personnages de « L’aventure ambigüe » Ndlr), parce que par rapport à ça, moi je suis totalement décomplexé. Il y a des choses qu’on n’a pas réussies.

Le Parti socialiste a comme fondement de son action sociale, le progrès social. Qu’avons-nous fait en tant que socialiste, en terme de progrès social ? (…) Je pense que ce que nous n’avons pas réussi, en tant que socialiste, c’est justement le progrès vu du terme financier. Le désendettement de l’Etat, les grandes politiques d’ajustement structurel, ça été quand même du temps du Parti socialiste. Est-ce que nous n’aurions pas pu dire non à ces puissances occidentales, au Fmi, à la banque mondiale qui nous ont imposé leur politique. Est-ce qu’une autre voie pouvait nous être ouverte. Je pense que là, on a un peu manqué d’imagination. Quand je vois qu’un pays de l’Amérique Latine, le Venezuela, l’Argentine, – je ne me rappelle plus – qui avait dit non, nous ne pouvons pas payer la dette, et nous somme là pour refuser de la rembourser. La Banque mondiale avait pronostiqué son déclin, voire sa mort : eh ben, il s’en est sorti. Et il a même renoué avec la croissance.

Voilà le courage, je pense, un moment, nous socialistes qui nous a manqué pour réussir ce progrès social, parce qu’on ne peut pas réussir le progrès sociale si on ne réussit pas le désendettement de l’Etat. Nous avons plaidé cela dans un film (Bamako) parce que c’était un film où on pouvait tout se permettre. Mais je pense aussi que c’est la vérité. Moi j’ai le courage de mes idées. Je crois que, de ce point de vu là, les années 80 ont été des années très sombres pour l’économie et le sociale au Sénégal. (…)

C’est pour cela qu’en parlant du Parti socialiste j’ai pensé qu’il était important de mettre le doigt sur ce que nous n’avons pas réussi sur la plan économique. Maintenant, je passe rapidement, pour ne pas les nommer, sur tout ce que le parti là a fait pour le développement de ce pays. Qui est responsable de quoi ? Je pense que tout le monde est responsable de beaucoup. Parce que comme je le disais tout à l’heure, si Senghor en arrivant, avait la responsabilité de construire un Etat,  de fonder une République, de bâtir une nation, et que tout cela il l’a réussi de façon remarquable ; sur le plan économique, les choses ont moins marché. Et rappelez-vous de ce qu’il disait : le temps des pères fondateurs est passé, arrive maintenant l’ère des gestionnaires. Donc, il avait parfaitement bien compris que la situation économique du Sénégal, les années de sécheresse durant, l’effondrement de notre balance commerciale, les produits d’exportation qui ne marchaient pas bien, il appelait cela, à l’époque la détérioration des termes de l’échange, ce que, aujourd’hui, nous appelons, tranquillement, mondialisation, tout cela, Senghor l’avait vécu et il avait bien pressenti que ça allait être les difficultés à venir.

Et c’est dans ces conditions, c’est dans ces circonstance que Abdou Diouf arrive au pouvoir. Abdou Diouf, un enfant de l’Etat du pouvoir qui lui-même est très convaincu est très imbu des valeurs de la République mais qui ne pouvait pas, en même temps que le Sénégal était confronté à toutes ses difficultés économique et financières, maintenir la casserole de la liberté et de la  démocratie ferme. Et en 1981, ce qu’Abdou Diouf a fait, c’est non seulement le multipartisme, c’est ce qu’on retient, parce que c’est ce qui est le plus commun, mais il avait libéré toutes les libertés.

En 81, un Sénégalais fonctionnaire n’avait pas le droit de sortir du pays, sans une autorisation préalable. Vous imaginez cela. Donc, il s’est dit que si je dois mener toutes ses réformes économiques, qui vont être très durement nt ressenti par le peuple sénégalais, il faut au moins que je libère les libertés et la démocratie. Et en cela, je pense qu’il a été un précurseur.

Arrive Abdoulaye Wade, de mon point de vue, il aurait du consolider la démocratie, il aurait du mettre l’accent sur la République, parce que moi je suis socialiste, pour moi le développement c’est quoi ? C’est d’abord un développement qui va mettre l’accent sur les inégalités sociales pour les corriger. Plus d’éducation, quand on voit le champ des ruines qu’est devenue l’école sénégalais, on doit, quand même, nous poser des questions. Sur l’agriculture, quand on voit où est-ce que nous en sommes, au 21ème siècle, dépendre encore de la pluie, pendant que nous avons encore de l’eau et beaucoup d’eau au Sénégal, aussi bien au Nord qu’au Sud, avoir construit des barrages pour avoir emprunté de l’argent sur la tête de l’ensemble des Sénégalais et ne pas pouvoir manger, c’est, quand même, un désastre pour ne pas dire plus. Ensuite, c’est une République, une République accessible, beaucoup plus décentralisée, moins jacobine ; que chaque Sénégalais de Fongolimbi, du Fouta, de Casamance, puisse avoir accès à la République quand il le veut et surtout lorsqu’il en a besoin.

Et enfin, c’est la démocratie par son exemplarité(…) ce n’est peut-être pas le discours politique qui est désenchantant, c’est la posture des responsable politique qui a fait que le discours (des politiciens : Ndlr) n’a pas été crédible. Voilà pourquoi je dis que c’est une chaîne de responsabilité successive dans ce qui, peut-être, a manqué le moins ou a marché le moins depuis que le Sénégal est là.

Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.