La neuvième édition des Cauris d’or est prévue, ce samedi soir, au King Fahd Palace.

mbagnick diop soucheMaître d’œuvre de cette  cérémonie, le président du Mouvement des entreprises du Sénégal (Meds)  Mbagnick Diop, par ailleurs, président de la Commission artisanat, culture, tourisme et sports du Conseil économique, social et environnemental, s’est prononcé, ce 2 novembre, en tant qu’invité du « Grand oral » de Rewmi Fm (97.5). Il revient, entre autres, dans cet entretien sur les préparatifs et les innovations des «Cauris d’or» 2013.

 

Où en êtes-vous avec les préparatifs des « Cauris d’or », prévus ce soir au King Fahd Palace ? 

Les « Cauris » sont inscrits dans le calendrier officiel national. C’est un concept novateur que nous avons initié il y a bientôt 10 ans et je pense que notre mérite, c’est la constance. On est parti de l’organisation locale des Cauris d’or, en passant par le continent et aujourd’hui, c’est devenu international. Nous attendons des sommités du monde économique, scientifique, culturel et les leaders d’opinion. Ils sont tous au Sénégal. Donc, c’est un événement majeur qui est parrainé par le chef de l’Etat, son Excellence Monsieur Macky Sall. C’est également l’événement du secteur privé national avec comme appui l’Union économique et monétaire ouest-africain (Uemoa), notre partenaire stratégique, l’Oif et d’autres partenaires institutionnels. J’espère que nous allons vivre, comme lors des huit précédentes éditions, une merveilleuse soirée. 

 

Vous avez tantôt parlé d’invités de marque qui vont rehausser de leur présence la cérémonie. Dites-nous en plus ? 

 

Nous allons recevoir énormément de personnalités internationales. On voulait garder la surprise pour que les Sénégalais et les invités les découvrent ensemble… Mais on peut révéler, entre autres personnalités qui sont au Sénégal depuis 24 ou 48 heures, madame Bensouda, procureur de la Cour pénale internationale, le président du groupe Sudatel, propriétaire d’Expresso, le président de la Chambre de commerce et d’industrie, mais également, le président de la fondation Mo Ibrahim, qui décerne chaque année un prix aux anciens chefs d’Etat par rapport à la bonne gouvernance. A celles là s’ajoutent le député maire de Marrakech, le ministre d’Agriculture du Maroc, entre autres invités. Nous attendons au minimum une trentaine d’invités de marque et nous allons recevoir plus de 237 personnalités étrangères. Comme vous le voyez, c’est une organisation qui demande une logistique lourde.


Quelles sont les innovations pour cette édition ? 

 

Chaque année, nous essayons d’innover et pour celle-ci, j’ai fait travailler les meilleurs designers du monde. Vous verrez la scène ce soir, elle est magnifique. C’est ce qui se fait de meilleur dans le monde. Il n’y a que les Oscars et le festival de Cannes qui sont à ce niveau là. On a mis les moyens pour faire travailler les meilleurs designers, les meilleurs infographistes et l’expertise locale. En effet, nous allons créer une synergie pour offrir ce qu’il y a de mieux ce soir aux Sénégalais, aux Africains, parce que tout le monde attend cet événement qui sera retransmis en direct par 38 chaînes de télévision. En dehors du football et de quelques rares événements, c’est très rare en Afrique qu’un événement soit retransmis par 38 chaînes. C’est déjà un succès pour nous qu’un produit africain, sénégalais, soit exportable. La preuve : on a 27 invités américains dont 18 producteurs de haut niveau de Los Angeles. Ils seront au Sénégal pour cette soirée, parce qu’intéressés par le phénomène des « Cauris ». Ils sont en train de faire un film là-dessus car, ils nous suivent depuis des années. 

 

Quel est le budget des Cauris ? 

C’est un gros budget. Pour faire vivre quelque chose d’exceptionnel, il faut y mettre les moyens. Nous Sénégalais, Africains, n’avons pas l’habitude d’investir dans tout ce qui est déco, scène, etc. Les gens s’étonnent que l’on mette autant de millions sur une scène pour seulement une soirée. Effectivement, la scène que vous allez voir ce soir, coûte des dizaines de milliers d’euros. Mais, les Cauris sont financés par le Mdes et ses partenaires stratégiques. Il y a également l’appui du président de la République et de son gouvernement, etc. A ce niveau, nous arrivons tant bien que mal à boucler le budget. Il y a plus de 100 personnes qui travaillent sur les « Cauris » et qui sont réparties dans les pôles « communication », « production », « design », « infographie », etc. C’est un gros budget, mais cela en vaut la peine, parce que nous allons faire rêver les Sénégalais et les Africains, et c’est important. Le concept des Cauris vise à magnifier l’excellence. Il y a des gens qui réussissent, qui créent des richesses et des emplois, pourquoi ne pas les mettre en valeur, les citer en exemple pour créer des émulations et des repères ? Un pays a besoin de repères et la jeunesse a besoin de références et ces gens que nous allons primer, ce soir, et que nous allons primer chaque année, sont des références, des symboles. Ce soir, il y aura aussi une personnalité à qui on va décerner le cauri de la « Success story ». Ce cauri est donné à des gens partis de rien et qui, aujourd’hui, sont devenus des leaders. Cette personne est inconnue des Sénégalais, parce qu’il vit à l’extérieur, mais c’est l’un des Africains les plus riches du monde.

Le Mouvement des entreprises du Sénégal dont vous êtes le président est partie prenante dans l’organisation des Cauris d’or. Comment se porte cette organisation patronale ?

Je discute souvent avec le président de la République qui me dit : « Mbagnick, vous êtes un homme d’idées et de réflexions. Cela se reflète sur votre organisation patronale. » Nous ne sommes pas une organisation syndicale classique revendicative. Depuis que le Meds est en place, on a initié des concepts. Les Cauris, c’est peut-être glamour, et on en parle beaucoup. Mais, le concept qui me fait vibrer c’est celui du forum du premier emploi. Vous savez dans l’année, outre les Cauris d’or, on a cinq manifestations majeures. Le Meds, c’est un projet de société, une vision qui a pour objectif de faire bouger les choses. Nous avons démocratisé le patronat. Parce que lorsque nous sommes rentrés d’Europe, des Usa ou du Canada, on a créé nos propres entreprises, mais nous n’avions pas la chance d’intégrer les organisations patronales. Ainsi, s’est-on dit pourquoi ne pas créer la nôtre et c’est comme ça que le Mouvement des entreprises du Sénégal est né. A l’époque, le Meds s’appelait le Cercle national des jeunes chefs d’entreprise (Cnj), parce qu’on était encore plus jeune, on avait une trentaine d’années. Au bout d’un an, nous avions tellement de succès que même nos ainés voulaient intégrer. C’est en 2001 que j’ai fait la mutation et le Cnj est devenu le Meds. 

 

Quel est le bilan aujourd’hui ? 

 

Treize ans après, on a fait énormément de choses. On est l’organisation la plus connue au niveau international. On n’est jamais prophète chez soi, mais dès lors qu’on quitte l’aéroport, on sait ce qu’est le Mdes. Nous avons une vision internationale, c’est pourquoi nous avons des bureaux à Paris, Bruxelles, Genève, Amsterdam, Barcelone, Milan, New York, Washington, Montréal, Londres. Aujourd’hui, on récolte les fruits de notre existence un peu partout à travers le monde. Parce que j’ai réussi à fédérer ces énergies positives, les Sénégalais de la diaspora. Je les implique dans ce que nous faisons. C’est pourquoi aujourd’hui, on a un réseau très dense de décideurs, de chefs d’entreprise qui sont dans ces pays là. 

 

Travaillez-vous à les convaincre de venir investir au Sénégal ? 

On a réussi à les convaincre pour qu’ils viennent investir au Sénégal. D’ailleurs, il y a un Sénégalais que j’ai détecté depuis le mois de janvier et qui gère plus de 60 entreprises dans la diaspora. On va lui décerner, ce soir, le Cauris d’or de la diaspora. Il rentre dès ce soir au bercail, parce que le président de la République l’a nommé le 22 septembre dernier dans une direction où il va se charger de tout ce qui est investissement, partenariat, coopération internationale, etc. Et dès le lendemain des « Cauris », vous verrez un communiqué demandant aux jeunes diplômés de s’inscrire, parce que le prochain forum de l’emploi, c’est le 4 et 5 février au King Fahd Palace et nous allons accueillir des milliers et des milliers de diplômés, de Bac+2 à Bac+10. Aussi pour la première fois, va-t-on mettre en exergue, ce soir, la fondation « emploi jeune » du Meds que j’ai mise en place depuis 2001. Aujourd’hui, on a plus de 59 000 CV donc, ce sont des milliers de jeunes qui sont inscrits dans la fondation. Quotidiennement, les entreprises, les ministères ou les institutions, nous sollicitent pour tel ou tel poste et nous mettons à leur disposition des profils. Nous avons prévu, ce soir, de vendre aux enchères deux tableaux. L’un sera consacré à la lutte contre le cancer et l’autre à la fondation «emploi jeune» pour préparer le forum du premier emploi. Mais, l’objectif principal, c’est le développement du Sénégal, le bien-être des Sénégalais et l’épanouissement de nos décideurs pour leur offrir un cadre propice à l’investissement, donc à la réalisation de leurs projets. 

 

Quels sont les critères de choix des nominés des Cauris d’or ? 

 

Chaque année, il y a un jury qui travaille sur les critères de sélection et de présélection. Cette année, le jury est composé de deux présidents. Il s’agit du président Racine Sy (Sénégal Hôtels) et Mouhamed Ndiaye (Pdg) du Crédit mutuel du Sénégal (Cms). Le principe, c’est toujours de prendre d’anciens lauréats pour qu’ils président. Cette année, on a un jury très riche, parce qu’on a également Thierno Niane, directeur de la caisse des dépôts et consignations, Bocar Sy, directeur de la Bhs, on a un représentant de l’Ocde Europe, un représentant de l’Uemoa et beaucoup d’autres chefs d’entreprise. Comment procède le jury ? Huit ou dix mois avant l’événement, pour chaque catégorie, on fait une présélection des 50 entreprises performantes et des 50 meilleurs managers, hommes et femmes. Après, le jury se réunit pour procéder à l’élimination jusqu’à en retenir 10, qui recevront des courriers les informant de leur nomination. Le jury continue de rassembler des informations sur les uns et les autres. Et sur ces 10, on retient 3 qui seront les finalistes de ce soir et un seul sera primé. On fera également un clin d’œil à la production sénégalaise, à la créativité sénégalaise, mais aussi à la jeunesse et aux politiques. Cette année, on a sélectionné trois émissions majeures, « Un café avec… », «Entre nous» et le « Journal rappé » et le jury va décerner un prix d’encouragement à la créativité locale. 

 

Vous avez tantôt parlé d’un homme qui va recevoir le cauri de la diaspora. Comment procédez-vous pour détecter ces types de Sénégalais ? 

 

On a un concept qui s’appelle la « diaspora des affaires ». Il est organisé, chaque année, dans les grandes capitales occidentales. J’invite, si on est en France, les chefs d’entreprise qui sont là-bas à venir participer, idem aux Usa ou ailleurs. On a créé ce concept, une année avant les Cauris. La première édition, c’était à Paris, la deuxième à New York, la troisième à Milan, la quatrième à Barcelone, etc. Donc, c’est une occasion pour les Sénégalais de la diaspora, surtout les décideurs, de venir, non seulement, s’imprégner de l’environnement des affaires au Sénégal, mais aussi de côtoyer le secteur privé national. Durant toute une journée, nous faisons des rencontres « B to B » (business to business) et surtout, on permet aux uns et aux autres de faire du Networking et ça nous permet de déceler les Sénégalais qui sont à l’extérieur qui ont du talent, des créations, des entreprises, etc. C’est au cours de ces genres de rencontres que nous avons vu le lauréat en question. Nous, on a très tôt compris le partenariat Nord-Sud, le partenariat Sud-Sud et l’ouverture à l’international. Le thème des «Cauris» de cette année, c’est l’innovation, mais aussi l’ouverture, parce que nous allons recevoir énormément de personnalités étrangères. 

 

Balthazar xibaaru.com (avec rewmi,com)

PARTAGER