Modern technology gives us many things.

Mbacké Fall, le juge qui a inculpé Hissène Habré

Mbacké Fall a réussi une mission spéciale avec une récolte très fructueuse. Ce qui explique l’emballement de cette affaire qui a pris une tournure inattendue


juge mbacké fallEntre témoignages des survivants et des parents des victimes et aussi d’enquêtes judiciaires, Mbacké Fall (photo) a réussi à rassembler suffisamment de preuves et d’indices «confirmant» les suspicions de tortures et de crimes entourant le passage de Habré à la tête l’Etat tchadien.
Après la série de rencontres avec les autorités politiques et judiciaires tchadiennes, Mbacké Fall a visité les «sinistres» sites qui abritent les charniers découverts par la Commission d’enquête et des lieux ayant servi de Centres de détention. Bénéficiant de la confiance et surtout de la disponibilité des autorités tchadiennes comme le Procureur général Massingarel Kagah, le juge d’instruction du 1er cabinet, Amir Abdoumaye Issa et le président de la commission nationale d’enquête, M. Mahamat Hassan Abakar, le maître des poursuites a reconstitué la trame de l’horreur.
Aujourd’hui, Amragoss est la preuve de la barbarie humaine découverte par le procureur. Ici, les membres du Parquet général ont enregistré les témoignages des victimes et aussi constaté les vestiges de ce présumé massacre qui porterait la signature de Hissène Habré. Des archives judiciaires «consistantes» ont été mises à la disposition des responsables du Parquet général pour étayer davantage les présomptions de torture et de crimes de guerre.
A Ambing, c’est la même ambiance et les mêmes découvertes qui ont rythmé le périple de Mbacké Fall durant le mois de juin. Kuffra, devenu place de la Nation alors qu’il abritait des lieux de détention et le Camps des martyrs également située au centre-ville de la capitale, les ex-locaux de la Direction de la documentation et de la sécurité (Dds) et l’ancienne Brigade spécial d’intervention rapide (Bsir) conservent les dernières traces rappelant le massacre perpétré dans ce pays.
Constatant les «souffrances» des populations, cette visite a permis au Procureur général de confirmer les présomptions de torture et crimes contre l’humanité qui pèsent sur l’ex-chef d’Etat tchadien. Ces découvertes et témoignages ont permis à Mbacké Fall de conforter ce qu’il «savait avant de venir ici à Ndjamena».
Pourtant, d’autres sites ont été rayés de la carte à cause de l’avancée de l’urbanisation même si des mesures conservatoires ont été prises pour le  maintien des «centres de torture»  comme les bureaux de la Brigade spéciale d’intervention rapide. Il est également prévu des visites des juges d’instruction qui permettront d’enfoncer ou de sauver Hissène Habré.
Par ailleurs, le concours du Parquet de Bruxelles a été décisif dans cette affaire. Car Mbacké Fall a assemblé des informations supplémentaires nécessaires après que la Belgique a réussi à mettre en place un dossier très compromettant contre l’ex-dictateur tchadien. Le juge d’instruction belge en charge du dossier et l’officier de police judiciaire qui avait mené les premières enquêtes lui ont communiqué les résultats de leur travail. Sans aucun doute, ils assoient les présomptions de torture et de crimes contre l’humanité. Additionnées, les missions effectuées en Belgique et au Tchad ont été fatales à Habré qui a passé hier sa première nuit détention. Le début de la déchéance ? Mbacké Fall, qui procédera à son audition dans la journée d’aujourd’hui, ouvre la première procédure de l’instruction de ce dossier.

Le Quotidien

 

Les commentaires sont fermés.