Modern technology gives us many things.

Mauritanie: les dockers défient le régime de Ould Aziz

Après les dockers du port de Nouakchott c’est au tour des dockers des marchés de la capitale de monter au créneau cette semaine pour réclamer une augmentation de 1000 ouguiya sur le prix de la tonne de manutention. Une manifestation réprimée encore une fois par les forces de l’ordre.

dockers mauritanieCette grogne sociale intervient après plusieurs manifestations des dockers depuis presque un mois dans les ports de Nouakchott et de Nouadhibou et qui avaient abouti à un accord le mois dernier entre le gouvernement et des proches des travailleurs du pouvoir dénoncé par la plupart des syndicats représentatifs mauritaniens.

Nouveau bras de fer en vue entre les principaux syndicats mauritaniens et le gouvernement de Ould Laghdaf. Ce n’est pas impossible depuis que la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie ( CGTM) avait tiré la sonnette d’alarme à l’occasion de la fête du travail pour une grève générale illimitée dans les prochains jours.

Les dockers des marchés de la capitale ont emboîté le pas cette semaine pour descendre dans la rue pour réclamer une augmentation de 1000 ouguiya sur le prix de la tonne de manutention à l’instar des dockers des ports de Nouakchott et de Nouadhibou une semaine auparavant. Ces deux manifestations ont été réprimées violemment par les forces de l’ordre.

La Confédération Nationale des Travailleurs de Mauritanie CNTM, le syndicat libre des Travailleurs de Mauritanie CLTM et la CGTM sont montés au créneau depuis une semaine pour dénoncer l’immixtion des autorités du pays dans l’action syndicale.

Les sit-in successifs récents n’ont abouti qu’à un protocole d’accord relatif à une interdiction pour quatre ans toute revendication des travailleurs avec en toile de fond la création d’un fonds spécial pour casser toute grève. Ce qui fait bondir les leaders syndicaux qui le qualifient de musellement voire de bradage des intérêts des travailleurs mauritaniens.

Cette aspiration des dockers dont plus de la moitié sont des Hratins à rompre avec le passé est un nouveau défi au régime de Ould Aziz. Depuis des années ils font face à un durcissement du patronat et des mesures qui ne tiennent pas compte de la pénibilité du travail et de la cherté de la vie.

C’est inconcevable que le Bureau de la main d’œuvre portuaire ou BEMOP continue de percevoir 30 pour cent du prix de la tonne de manutention alors que la main-d’œuvre à bon marché ne reçoit que des miettes du capital. Une injustice qui semble convenir le gouvernement de Ould Laghdaf qui n’a d’autres réponses que de réprimer les grévistes. Ajouter le malaise grandissant de cette masse laborieuse première victime de la dégradation du pouvoir d’achat et de la répression des forces de l’ordre.

Cette violation constante des droits des travailleurs est encore plus flagrante aujourd’hui et fait ternir l’image du locataire du palais de Nouakchott, président « des pauvres ». Il s’agit maintenant d’élever le niveau d’alerte de ces mauvaises conditions de travail et de liberté d’expression. Cela passe par l’ouverture de négociations sur les salaires, la sécurité sociale et sanitaire, la formation professionnelle et le logement.

Les centrales syndicales sont au bord de la crise des nerfs .Il faudra s’attendre à une grande montée en première ligne les semaines à venir. (CRIDEM 11/05/2013)

Les commentaires sont fermés.