Modern technology gives us many things.

Mauritanie : le Président vend en secret la société de distribution du Gaz

mauritanie président 2Un document officiel et confidentiel du gouvernement mauritanien dont nous avons pu obtenir copie, indique l’intention de celui-ci de procéder à la vente de la société de distribution de gaz SOMAGAZ. Selon ce document signé de l’actuel ministre des finances M Thiam Diombar, le gouvernement a décidé de se désengager du capital de la société en cédant ses parts qui représentent 67% du capital social. Pour justifier cette décision, le gouvernement affirme avoir achevé l’assainissement et vouloir désormais jouer pleinement son rôle de régulateur à égal distance des opérateurs du secteur du gaz butane. Mais ce qui étonne c’est la vitesse à laquelle vont les choses. Entre la lettre adressée aux actionnaires en date du 11 Décembre 2013 et l’ouverture des offres le 26 décembre il ne se sera passé que deux semaines. Pourquoi cette précipitation ? Pourquoi ce secret qui entoure cette cession ? Pourquoi la direction de l’entreprise continue-t-elle à nier énergiquement cette privatisation ? Ce processus quasi confidentiel laisse entendre que la vente a déjà été décidée et que toute la procédure n’est engagée que pour donner le change en faisant croire à une procédure transparente. Selon différentes sources, le bénéficiaire de ce bradage programmé ne serait autre que Tijani Ben El Houssein qui contrôle déjà une large part de la distribution des hydrocarbures liquides par le biais de son entreprise Star Oil. Cette privatisation à marche forcée rappelle étrangement le bradage des entreprises publiques qui avait cours sous le régime de Ould Taya. En effet on imagine mal comment un opérateur sérieux pourrait faire une offre raisonnable en moins de deux semaines sauf s’il s’était préparé bien avant. Toujours est-il, que la cellule juridique du ministère du Pétrole et des Mines a été chargée de la mise en œuvre du processus de vente. Et c’est son responsable Dah Ould Khoumbara qui sera chargé de réceptionner les offres des éventuels repreneurs qui, on peut en être certain ne se bousculeront pas au portillon. Pour le moment les délégués du personnel de la Somagaz qui ont été pris au dépourvu, n’ont pas encore arrêté une position, mais tout laisse à penser qu’ils vont résister de toutes leurs forces à cette privatisation qui aboutira immanquablement à une restructuration synonyme de licenciements douloureux pour les travailleurs. Rappelons que depuis quatre ans, la Somagaz a coûté aux contribuables mauritaniens près de 20 milliards d’ouguiyas, hors subvention produit. Mais bien entendu c’est le prix de la gabegie, du clientélisme et de la mauvaise gestion. Il faut souligner que le capital de la Somagaz était constitué de 34 % détenus par l’Etat mauritanien auxquels se sont ajoutés les 33% que détenait la Naftec Sa (Algérie) qui s’est désengagée. Les Actionnaires privés mauritaniens eux, détiennent les 33 % restant. Depuis plus de deux ans les ventes de la Somagaz sont en chute libre au bénéfice de ses deux concurrents que sont BSA Gaz et Rimgaz. La société qui vendait quotidiennement plus de 110 tonnes fin 2009, a vu sa production chuter à partir de 2010 et elle est aujourd’hui à 50 tonnes seulement.

Les commentaires sont fermés.