Modern technology gives us many things.

Mankeur Ndiaye : « Le Forum de Dakar n’est pas un sommet des chefs d’Etat »

Aujourd’hui a été lancé officiellement, par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, le processus préparatoire de la 4e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Le thème retenu cette année : « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées », s’inscrit, selon M. Ndiaye, dans la continuité des éditions précédentes. Aussi, les partenaires de cet important rendez-vous qui occupe maintenant une place de choix dans l’agenda international ont-ils réaffirmé leur volonté d’accompagner le Forum de Dakar.

Ainsi, le Général Paul Ndiaye du Centre des Hautes études de Défense et de Sécurité (Cheds), Olivier Darrason de la Compagnie Européenne d’Intelligence Stratégique, ainsi que les ambassadeurs de la France, Christophe Bigot, et du Japon étaient présents à cette cérémonie. Tous ont été unanimes pour souligner l’importance de ce forum qui dont la problématique est devenue une affaire de tout le monde mais plus seulement de l’Afrique. D’ailleurs, pour M. Darrason, nous sommes interdépendants en matière de sécurité. M. Bigot lui, affirme que le changement de régime intervenu en France n’aura aucune incidence sur la tenu du Forum de Dakar. Ce qu’a confirmé Mankeur Ndiaye qui indique que le Forum est transpartisan.

Prenant la parole, le ministre Mankeur Ndiaye dira : « Le Forum de cette année, s’inscrivant dans la continuité des éditions précédentes, permettra d’approfondir ledialogue stratégique entre les parties prenantes africaines et les partenaires internationaux, d’animer des réflexions pour une vision partagée des menaces sur le Continent, en plus d’étudier les réponses les plus appropriées et les plus intégrées pour faire face aux défis actuels ». Le Forum a donc pour vocation de maintenir une vigilance et une forte mobilisation par une réflexion partagée et des réponses communes.

Par ailleurs, M. Ndiaye a tenu à préciser que la réussite de ce Forum ne dépend pas du nombre de chefs d’Etat présents. « Ce Forum n’est pas un sommet des chefs d’Etat, ce n’est pas une conférence de ministres des affaires étrangères ou de la défense. Je pense que c’est extrêmement important de le préciser. En décembre 2013 à Paris, l’objectif visé, c’était de rassembler des officiels et non officiels pour échanger de manière libre sur les questions de paix et de sécurité en Afrique. Nous avions voulu, pour la première édition, inviter un certain nombre de chefs d’Etat. Donc, même s’il n’y a pas de chefs d’Etat, le Forum continuera à se tenir. Son succès ne se mesure pas nombre de chefs d’Etat ou de ministres présents ».

Les commentaires sont fermés.