Modern technology gives us many things.

Mandat de Niasse à l’Assemblée : l’AFP attend la décision des députés avant de se prononcer

niasse pmL’Alliance des forces de progrès (AFP, majorité) attend de connaître la décision des députés sur la question de la durée du mandant du président de l’Assemblée nationale pour donner sa position sur le sujet, a indiqué Mbaye Dione, secrétaire général de la formation de Moustapha Niasse dans la région de Thiès (ouest).

“L’AFP a une position de principe sur cette affaire. Nous n’avons jamais été demandeurs de quoi que ce soit. Moustapha Niasse a été porté à la tête de l’Assemblée nationale par la grâce des Sénégalais qui l’ont élu en tant que tête de liste et par la volonté des députés qui l’ont (porté au perchoir)”, a-t-il déclaré mercredi soir, lors d’une conférence de presse.

L’AFP se prononcera sur cette question sitôt connue la décision des députés, a ajouté le SG de l’AFP dans la région de Thiès, lors de cette rencontre avec les journalistes, en prélude à une réunion de la coordination régionale de l’AFP, prévue dimanche à Mbour.

Une délégation du bureau politique de la formation progressiste est attendue à cette rencontre, avec à sa tête El Hadji Malick Gackou, le numéro 2 dudit parti, par ailleurs chargé des activités politiques.

L’AFP était partie prenante des Assises nationales de l’opposition (premier juin 2008-24 mai 2009), à l’issue desquelles s’était dégagé un consensus, notamment sur les réformes institutionnelles. Il avait été alors retenu que le mandat du président de l’Assemblée nationale serait fixé à cinq ans, contre un an renouvelable actuellement.

L’AFP “est en phase avec toutes les décisions qui ont été prises dans les conclusions des Assises nationales. Mais, les Assises nationales ne constituent pas encore la Constitution de ce pays. Nous avons un pays et une Constitution et même si elle a été tripatouillée à plusieurs reprises, c’est elle qui régit le fonctionnement des institutions de notre pays”, a-t-il souligné.

Aussi, le mandat du président de l’Assemblée nationale est jusqu’à ce jour régi par une disposition de cette Constitution. Or, a-t-il relevé, tant que cette disposition restera inchangée, les choses resteront en l’état.

Mbaye Dione a dit que l’AFP, à l’image de “beaucoup de Sénégalais”, pense que les Assises nationales doivent pouvoir servir à quelque chose. “Mais, nous attendons son application. Pour le moment, on ne peut pas les imposer, parce qu’elles ne constituent pas la Constitution de notre pays”, a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.