mamadou lamine kéita 2L’ex Ministre Libéral, Mamadou Lamine Keita ne cache pas sa déception après la DPG de Mimi Touré. Le Maire de Bignona qui semble relever des incohérences dans la Déclaration du PM, regrette le fait qu’on veuille importer des modèles qui ne répondent pas à la réalité de notre pays ou à l’évolution économique des temps modernes. En tant qu’économiste, Mr Keita invite le gouvernement à mettre un contenu viable et réalisable à leur programme de gouvernance.
Voici l’intégralité de l’analyse du Maire de Bignona
« De toutes les déclarations de politique générale que j’ai suivi ces vingt dernières années, c’est celle de Mimi Touré qui m’a le plus déçu. D’abord, elle n’a répété que ce qui a déjà été dit par son prédécesseur. A la différence qu’Abdoul Mbaye savait être pertinent et convaincant. En ce qui concerne Mimi Touré, elle a parlé sans convaincre personne. Tout au long de sa déclaration, elle s’est évertuée à montrer que son gouvernement et elle, sur la base du « yonou yokouté », sont engagés à donner un contenu plus social à l’action gouvernementale. Je veux bien mais, il se pose un certain nombre de questions : D’où viendront les moyens nécessaires à la prise en charge de ces questions quand on sait que les recettes fiscales et parafiscales baissent de plus en plus, l’aide publique au développement que nous recevions de pays partenaires aujourd’hui en crise a baissé, les appuis budgétaires qu’on recevait de partenaire bilatéraux ou multilatéraux baissent de jour en jour. La baisse annoncée du montant global du budget du Sénégal pour 2014 est un aveu que nos revenus ont baissé. Voilà un gouvernement qui reconnait que les revenus du pays ont baissé et qui malgré tout, promet aux sénégalais ce qu’il n’a jamais été possible de réaliser. C’est démagogique et l’avenir nous en dira davantage. En ce qui concerne la bourse familiale, au-delà de sa politisation, le problème de sa pertinence économique se pose. Des études ont démontré que c’est plutôt la mise en place de politiques agricoles, pastorales, forestières, en un mot, le soutien aux activités économiques qui se mènent dans les zones rurales qui a permis de sortir de nombreuses populations brésiliennes de la pauvreté. Le rôle de la  bourse sociale « Bolsa Familia »,  a été faible voir nul dans ce processus de lutte contre la pauvreté au Brésil. En réalité, une lutte pour sortir des populations de la pauvreté de façon durable passe par la production et non par l’assistanat. Le Premier Ministre a également insisté sur la couverture maladie universelle. Je puis tout de suite vous dire que programme n’est pas
 pour notre économie. Des pays largement plus nantis que le Sénégal ont essayé un tel programme mais ont fini par reculer ou y renoncer définitivement. C’est le cas de la France ou des Etats-Unis. Il se pose réellement un problème de « soutenabilité » du programme de la couverture maladie universelle. En fin, pour financer les micro-projets de jeunes et de femmes, le gouvernement va emprunter de l’argent auprès de la BAD. Ce modèle économique non plus n’est pas viable. Il y a un aléa moral qui fait planer un risque de déperdition dans les financements qui seront octroyés aux jeunes et aux femmes que le Sénégal remboursera quoi qu’il arrive. C’est un modèle qui n’existe nulle part ».

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

PARTAGER