Modern technology gives us many things.

Mamadou Lamine Diallo : « l’État doit restituer le titre foncier 1975/R aux populations de…»

mamadou lamine diallo tekkiLe député et président du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine (photo), a invité, dimanche les autorités à restituer les terres du titre foncier 1975/R aux habitants de 7 villages de la communauté rurale de Bambilor, dont les exploitations sont actuellement menacées par des promoteurs immobiliers.

’’C’est un engagement des autorités actuelles, quand elles étaient dans l’opposition’’, a-t-il rappelé lors de l’assemblée générale des membres de la coopérative agricole Samma Sa momele.

’’C’est une affaire qui est extrêmement douloureuse et à la fois injuste. Nous tous qui sommes dans la majorité présidentielle aujourd’hui, nous connaissons parfaitement, la bombe foncière laissée ici par le régime précédent. Nous avions discuté de cela, nous avons fait des missions à Sangalkam, à Bambilor, pour recueillir les données, pour nous entretenir avec les populations’’, a dit Mamadou Lamine,

’’La conclusion que nous avions tirée est que les populations avaient été spoliées de leurs terres par le régime précédent et que par conséquent, si nous arrivons au pouvoir, nous allons prendre les mesures, pour rendre justice aux populations. Voilà notre engagement politique’’, a ajouté M. Diallo, estimant que ’’c’est maintenant à l’État de tenir ses engagements’’.

Pour lui il n’est pas ’’possible de détruire des zones de production et les transformer en des zones d’habitats sociaux. Cela n’a pas de sens économique, écologique et environnemental’’.

’’C’est contre les politiques d’emploi de ce pays, du développement économique de ce pays et de celle visant la diminution du coût de la vie à Dakar. Parce que d’ici partent les légumes, les fruits, la volaille pour alimenter Dakar’’, a t-il relevé.

’’Je crois que tout le monde peut le constater. C’est un poumon vert, sans parler de la richesse de la diversité. Au nom de quoi, notre pouvoir va détruire tout ça pour construire des habitas sociaux ?’’, s’est -il interrogé.

’’Aujourd’hui, nous avons construit un aéroport à Diass, il faut faire vivre ces zones là’’, a conseillé, Mamadou Lamine Diallo, soutenant que c’est ’’ça l’aménagement du territoire, le développement équilibré du territoire, le sens de la décentralisation’’ et qu’il faut le rappeler à l’État.

Des exploitants qui se présentent comme des victimes de cette opération ont invité l’État à mesurer les conséquences de l’installation des promoteurs immobiliers.

’’J’exploite un champ qui appartient à un marabout. Je cultive du manioc, de l’oseille et des pastèques. C’est avec la commercialisation de cette récolte que je vis. Il faut imaginer la conséquence de l’éventuelle initiative de mettre un terme à ça sur notre quotidien’’, a notamment dit, Amath Ka.

’’Les éleveurs, les pécheurs et les agriculteurs ont toujours été ceux qui ont fait vivre le monde. Ils ont pour ce faire besoin d’espaces pour exercer leurs métiers. C’est la raison, nous sommes opposés à la décision de nous priver de ces terres’’, a ajouté, Mody Ba, un autre exploitants.

Les commentaires sont fermés.