Modern technology gives us many things.

Mali: une présidentielle en période d’inondations

Les obstacles qui se dressent sur la route du retour à la légalité ne manquent pas. La campagne électorale, qui doit s’ouvrir le 7 juillet, se déroulera au plus fort de la inondation 2saison des pluies, mais aussi en plein ramadan. « On ne pouvait choisir pire période pour tenir l’élection, ça frise l’irresponsabilité », déplore Djiguiba Keïta, secrétaire général du Parti pour la renaissance nationale (Parena), qui entend tout de même « jouer le jeu », par « réalisme ». Au nombre des improvisations logistiques qui portent en germe les contestations électorales à venir, la question du fichier biométrique. Recensant 6,9 millions d’électeurs, celui-ci doit encore être révisé et purgé de ses anomalies. Président de la Délégation générale aux élections (DGE), le général Siaka Sangaré se dit confiant : « Sur le plan technique, les deux mois qui nous séparent du premier tour sont suffisants. » Mais au sein de la classe politique, tous ne partagent pas cet optimisme. « Tant que je n’aurai pas pu comparer la nouvelle liste électorale avec l’ancienne, je ne serai pas rassuré », affirme Assarid Ag Imbarcaouane.


Les commentaires sont fermés.