Modern technology gives us many things.

Mali : un soldat français blessé par un sniper

mali armée 5Un soldat français déployé à Kidal, au Nord-Mali dans le cadre de l’opération « Serval », a été blessé par balle mardi 28 mai entre 14 heures et 15 heures dans des conditions qui inquiètent le dispositif français dans ce pays.
Appartenant à un régiment d’infanterie qui devait rentrer en France cette semaine, il a été touché par un seul impact, tiré vraisemblablement par un sniper, selon les premiers éléments recueillis par les gendarmes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui se sont rendus sur place après avoir été prévenus par l’armée française.

 

« C’EST LA PREMIÈRE FOIS QUE NOUS SOMMES CONFRONTÉS À UN CAS DE SNIPER »

 

Le MNLA est un mouvement touareg, à qui la France a laissé pour l’instant la charge du contrôle de la région de Kidal. Une seule balle a été tirée. Elle a atteint le soldat alors que le véhicule dans lequel il se trouvait était en mouvement à moins de cent mètres du campement français. Le tireur pourrait avoir trouvé abri derrière le mur d’une des maisons en terre rouge qui entoure le no man’s land d’une centaine de mètres qui enserre le camp.

Les voisins immédiats disent n’avoir entendu aucun coup de feu. « C’est la première fois que nous sommes confrontés à un cas de sniper dans tout le Mali, a indiqué au Monde Abi Ag Ahmeida, numéro deux de la gendarmerie de la ville. A Kidal, nous avons déjà eu trois attentats-suicides, contre un poste du MNLA, contre un point d’eau où venaient les soldats tchadiens et contre le marché ; si c’est un sniper expérimenté il peut avoir tiré de loin. »

Après les attentats-suicides, un dispositif de sécurité avait été mis en place en amont des points d’entrée de la ville afin d’empêcher les infiltrations de véhicules piégés. Les assaillants ont opté cette fois-ci pour une stratégie moins visible. Vers 17 heures, les Français avaient positionné un blindé et bloqué la route pour débuter une opération de fouille des lieux. Contacté par Le Monde, le responsable de la communication du dispositif « Serval », basé à Bamako, s’est refusé à tout commentaire. (Le Monde 29/05/2013)

Les commentaires sont fermés.