Modern technology gives us many things.

Mali: l’ultime bataille de Kidal aura-t-elle lieu ?

Les autorités de la Transition au Mali avaient promis qu’elles n’entendaient pas laisser Kidal évoluer dans son statut spécial actuel. N’ayant pas particulièrement apprécié et surtout pas compris que les troupes françaises se refusent à déloger les combattants d’Aqmi de cette ville du nord du Mali, elles arguent de la nécessité de faire tenir les élections sur toute l’étendue du territoire pour aller à l’assaut des combattants touaregs.

mali violencesC’est ainsi qu’en ce moment même une colonne de l’armée est en route pour Kidal mais aussi pour Menaka. S’il faut passer par la guerre, les troupes maliennes se disent désormais prêtes. Mais une issue négociée n’est pas exclue. D’autant plus que le MNLA l’envisage sérieusement. Une issue qui ne déplairait pas non plus du côté de la grande muette. Un détail cependant ! Quelle sera l’attitude des troupes françaises qui ont jusqu’ici agi en protectrices de la forteresse Kidal ? Du côté des soldats tchadiens, on semble en phase avec les autorités de Bamako. C’est en tout cas ce qui se lit derrière le redéploiement qui vient d’être opéré en direction du nord de Kidal..Entre janvier 2012 et mai 2013, quelque chose a fondamentalement évolué au sein de l’armée malienne. De sorte que ce sont les soldats qui étaient mis en déroute il y a un peu plus d’un an qui, aujourd’hui, profèrent des menaces et lancent un ultimatum aux combattants du MNLA. Qui l’eut cru ?

C’est peut-être un autre des effets du succès de l’intervention des troupes françaises contre les islamistes d’Aqmi, d’Ansar Dine et du Mujao. Parce qu’autrement, la réforme dont on parle au niveau de l’armée malienne et qui n’en est qu’au stade de projet n’a pas pu générer ce miracle.

En tout état de cause, une colonne de l’armée malienne se dirige actuellement vers Kidal. Elle est partie de Bamako il y a quelques jours et devrait se trouver aux portes de la ville « rebelle » très incessamment. L’objectif est de convaincre par la persuasion les combattants d’Aqmi repliés dans la ville de Kidal de la libérer. Dans un premier temps, c’est la voie de la médiation dont on parle. Mais la force est également à portée de main et est sérieusement envisagée.

Après la chasse aux islamistes par les soldats français et tchadiens en particulier, les autorités maliennes vivent comme un affront le fait qu’une portion du territoire soit encore sous le contrôle d’un groupe rebelle. Fut-il le MNLA. On a même l’impression que la situation est un peu plus mal vécue parce qu’il s’agit justement de ce groupe rebelle par lequel tout le malheur est arrivé à partir d’un certain 17 janvier 2012.

Mais au-delà du MNLA, c’est l’opération Serval qui est visée par cet accès de colère. En effet, si le MNLA occupe aujourd’hui Kidal, c’est bien avec la bénédiction des soldats français et accessoirement des troupes d’Idriss Déby Itno. Contre quelles garanties ?

Les autorités maliennes ne le savent, mais semblent s’en foutre éperdument. Pour elles, le plus important est aujourd’hui de libérer Kidal et de la rajouter aux autres zones libérées du contrôle de l’ennemi. Le prétexte tout trouvé c’est bien les élections présidentielles qui doivent logiquement et normalement se tenir sur toute l’étendue du territoire national. Encourageant justement la tenue de ces élections d’ici à la fin du mois de juillet prochain, la France se trouve ainsi prise au mot. A moins d’être contradictoire.

(Guineeconakry.info 13/05/2013)

Les commentaires sont fermés.