légionnaireSa photo de légionnaire portant un foulard avec une tête de mort avait fait le buzz et suscité l’indignation de l’état-major de l’armée française. C’était en janvier 2013, au début de l’intervention au Mali. Depuis, l’homme a déserté la Légion en juin. Selon le site Internet du «Dauphiné Libéré», il s’est cloîtré chez lui à Orange (Vaucluse), alternant absorption massive d’alcool et de cachets. Mercredi, il s’est saisi de sa kalachnikov démilitarisée afin d’aller demander des médicaments à la pharmacie. Une descente aux enfers qui s’est terminée chez lui, quelque temps après, où il a été interpellé très éméché. Il a assuré ne se souvenir de rien. Présenté jeudi après-midi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Carpentras, il a été condamné à trois ans de prison avec sursis. L’ancien légionnaire du 1er REC d’Orange n’a peut-être pas supporté les retombées de cette photo prise au Mali, où il a des faux airs de Ghost, un personnage du très populaire jeu vidéo de guerre Call of Duty. Elle avait été prise par notre reporter photographe dans un contexte très particulier puisque le soldat se protégeait d’un atterrissage d’hélicoptère à proximité. Il ne combattait pas ainsi grimé. Cinq jours après les faits, il avait été rapatrié en France et puni de 40 jours d’arrêt. L’état-major des armées avait jugé que le comportement de ce soldat n’était pas acceptable. «Cette image n’est pas représentative de l’action que conduit la France au Mali à la demande de l’Etat malien» et de celle que mènent ses soldats souvent «au péril de leur vie», avait souligné à l’époque le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’état-major.

PARTAGER