Modern technology gives us many things.

Mali : la France ralentit le retrait de ses soldats

mali militaires françaisAlors que les négociations se poursuivent entre l’État malien et le MNLA, l’armée française repousse le retrait de ses soldats.

Initialement, l’armée française avait prévu de ne plus compter que 2000 hommes au Mali à partir du 1er juillet. Ils devraient finalement être entre 3 000 et 3 500, d’après un porte-parole de l’armée française à Bamako. «Il s’agit d’un ordre de grandeur, précise cette source, il n’y a aucun objectif chiffré précis.» Le désengagement des troupes françaises au Mali a commencé au début du mois d’avril, près de quatre mois après le début de l’intervention dans le pays. L’effectif des soldats français est ainsi passé de 4800, au plus fort du dispositif de l’opération Serval, à 3 500 hommes actuellement. «On ne va pas trop baisser dans les semaines à venir, poursuit le porte-parole de l’armée française, cela va dépendre des besoins. Si on utilise des avions, par exemple, il faut qu’on mobilise tous les hommes nécessaires pour les faire fonctionner.»

La France a décidé de maintenir «un effectif conséquent» de soldats au Mali en vue de l’élection présidentielle, dont le premier tour est prévu le 28 juillet et le second le 11 août. «Ce sont les Nations unies qui sont en charge de la sécurisation de l’élection, explique encore le militaire français, mais on sait qu’ils vont se tourner vers nous.» L’objectif final de ce désengagement, à savoir la réduction des troupes à un millier de soldats français d’ici à la fin de l’année, est en revanche maintenue.

Pression sur le président malien

Pendant ce temps, la signature d’un accord entre l’État malien et les rebelles touaregs du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) se fait toujours attendre. Des négociations qui portent sur la situation de la ville de Kidal, toujours contrôlée par le groupe rebelle, en vue de la présidentielle de juillet. Hier après-midi, le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibril Bassolé, qui joue le rôle de médiateur, s’est même rendu à Bamako en compagnie de diplomates occidentaux et africains afin de tenter de convaincre le président malien de transition, Dioncounda Traoré, d’accepter le texte qui lui a été soumis.

Engagées à Ouagadougou en début de semaine, les négociations ont abouti lundi soir à un projet d’accord. Le MNLA et ses alliés du HCUA (Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad) ont accepté le texte, mais les autorités maliennes bloquent sur certains points. La version actuelle de l’accord prévoit le retour de l’administration malienne à Kidal afin de permettre la tenue de l’élection présidentielle, mais également un retour progressif de l’armée. Pendant la période électorale, les combattants du MNLA acceptent d’être cantonnés et désarmés, à condition que leurs armes soient gardées par les troupes onusiennes de la Minusma. Un accord sur le fond du différend territorial qui oppose les deux parties resterait à discuter avec les autorités issues, justement, de l’élection de juillet.

Les commentaires sont fermés.