Modern technology gives us many things.

‘Macky Sall a été meilleur premier ministre que Idrissa Seck’ selon une étude comparative…

macky idy 3La presse a rapporté les propos de M. Diéthié Fall, responsable des cadres du parti Rewmi, selon lesquels la croissance économique du Sénégal avec M. Idrissa Seck, Premier Ministre (4 novembre 2002-21 avril 2004), serait de 6% en 2006. M. Diéthié Fall veut faire croire que la gestion du Sénégal avec M. Idrissa Seck, serait meilleure que celle de M. Macky Sall, Premier Ministre (21 avril 200419 juin 2007).

Notre contribution prouve le contraire avec la comparaison des périodes 2002-2003 et 2004-2007 ainsi que la comparaison par année unique. Elle s’appuie sur la rétrospective de la croissance sénégalaise entre 2002 et 2007 avec les indicateurs de performance économique et financière.

L’année 2004 est prise en compte dans la gestion de Monsieur Macky Sall qui y réalise 8 mois d’exercice au détriment de la gestion de Monsieur Idrissa Seck (4 mois seulement d’exercice en 2004).

Les principaux indicateurs utilisés sont les indicateurs de croissance et de performance de la politique budgétaire, de dette publique et de solvabilité de la politique budgétaire et enfin les indicateurs de libéralisation financière.

 

I. Comparaison des gestions 2002-2003 / 2004-2007

 

1.     Croissance réelle du PIB (Produit Intérieur Brut)

 

 Tableau 1. Evolution du taux de croissance réelle du  PIB (%)

2002

2003

2004

2005*

2006*

2007*

1,1

6,5

6,0

5,7

2,3

4,7

Source : BCEAO (2006),  * Banque de France (2008).

 

Tableau 2. Taux moyen de croissance réelle du  PIB (%)

2002-2003

2004-2007

3,8

4,7

Source : Tableau 1

Le Tableau 2 montre un taux moyen de croissance réelle du PIB de 4,7% en 2004-2007, supérieur à celui de 2002-2003 : Monsieur Macky Sall a donc fait mieux que Monsieur Idrissa Seck.

Concernant la situation des finances publiques, corrélée à la croissance réelle du PIB, elle a été marquée par des indicateurs meilleurs pour la période 2004-2007 que pour la période 2002-2003 (Tableau 3).

Tableau 3. Evolution des dépenses et recettes publiques /PIB  (%)

 

2002

2003

2004

2005

2006

2007*

Dépenses en capital

8,0

8,5

9,8

10,0

9,9

11,2

Dépenses courantes

13,8

13,4

13,2

13,8

16,0

16,3

Recettes budgétaires

19,2

18,2

18,5

19,3

20,0

21,1

Recettes fiscales

18,1

17,1

17,6

18,6

19,2

20,1

Source : BCEAO (2006) et *FMI(2010)

Tableau 4.Moyenne desdépenses et recettes publiques /PIB  (%)

 

2002-2003

2004-2007

Différentiels

Dépenses en capital

8,2

10,2

2,0

Recettes budgétaires

18,7

19,7

1,0

Recettes fiscales

17,6

18,9

1,3

Dépenses courantes

13,6

14,8

1,2

Source : Tableau 3

 

Tous les différentiels sont en faveur de Monsieur Macky Sall.

Les recettes budgétaires ont augmenté surtout entre 2005 et 2006 et cela grâce en partie à l’amélioration de la performance de l’administration fiscale.

Les recettes fiscales/PIB, après avoir stagné entre 2003, ont augmenté entre 2005 et 2006 afin de couvrir des dépenses courantes (salaires en hausse) et en capital de plus en plus élevées.

 

2.     Indicateurs de dette publique et de solvabilité de la politique budgétaire

 

La dette extérieure du Sénégal est viable en 2007 selon le FMI qui note que le Sénégal présente un risque de surendettement faible rendant ainsi solvable sa politique budgétaire.

Le service de la dette publique extérieure a baissé d’une part de 3,4% du PIB en 2007 et d’autre part de 4,2% des recettes publiques  en 2007. Par rapport aux exportations de biens et services, ce service de la dette est passé de 7,3%  en 2006 à 6,2% en 2007.

La baisse du service de la dette publique extérieure s’accompagne d’un taux d’endettement extérieur (dette totale/PIB) en baisse de 2005 à 2007 après une augmentation forte et  régulière de 2002 à 2003 (Tableau 4).

Le taux d’endettement extérieur a baissé de 50% environ en 2004-2007 comparativement à la période 2002-2003 (Tableau 5).

 

  Tableau 5.Evolution du taux d’endettement extérieur (en %)

2002

2003

2004

2005

2006

2007*

66,1

54,5

46,4

42,8

20,3

24,5

Source : BCEAO (2006)  * FMI(2010)

Tableau 6. Moyenne du taux d’endettement extérieur (en %)

2002-2003

2004-2007

60,3

33,5

Source : Tableau 5

 

                        3. Les indicateurs de libéralisation financière

     

     Le taux d’investissement en valeur absolue (Tableau 6) et en moyenne (Tableau 7) demeure en forte hausse de 2004 à 2007 avec un record de 34,5% en 2007.

 

   Tableau 7. Evolution du taux d’investissement (%)

2002

2003

2004

2005

2006

2007*

16,7

19,5

20,0

23,4

25,1

34,5

   Source : BCEAO (2006)  * FMI(2010)

 

Tableau 8. Moyenne du taux d’investissement (%)

2002-2003

2004-2007

18,1

25,7

Source : Tableau 7

Concernant le taux d’épargne intérieure, il se stabilise autour 9% en moyenne de 2004 à 2007 en hausse par rapport à la période 2001-2003 aussi bien pour l’épargne publique que non publique (Tableau 9).

 

  Le taux d’épargne brute est à son niveau maximum en 2007 avec 12,1 % (Tableau 8).

 

   Tableau 9. Evolution du taux d’épargne brute (%)

2002

2003

2004

2005

2006

2007*

7,0

7,4

8,2

7,6

8,3

12,1

   Source : BCEAO (2006)  * FMI(2010)

 

 

Tableau 10. Moyenne du taux d’épargne brute (%)

2002-2003

2004-2007

7,2

9,0

    Source : Tableau 9

 

      Les dérapages budgétaires en 2002-2003, résultat de la gestion chaotique de Monsieur Idrissa Seck, expliquent la tendance baissière de l’épargne intérieure pour la même période, ce qui est donc insuffisant pour couvrir les besoins d’investissements de l’Etat.

      Selon le FMI, les flux d’IDE (en milliards de francs CFA) sont passés de 131 en 2007 à 122 en 2008 avec  seulement 98 en 2009.

      En prenant tous les indicateurs de performance économique et financière sur toute la durée d’exercice à la Primature pour chacun, nous pouvons donc certifier que la gestion de Monsieur Macky Sall, alors Premier Ministre, est nettement meilleure que celle de Monsieur Idrissa Seck.

      Avec l’application de la comparaison sur une durée identique (une année), les résultats obtenus sont sans appel et se présentent ainsi :

 

II. Comparaison par année

 

Elle consiste à comparer chaque année 2002 et 2003 (Monsieur Idrissa Seck, Premier Ministre) à chaque année 2004, 2005, 2006, 2007 (Monsieur Macky Sall, Premier Ministre).

Nous avons un DP (Différentiel Positif) si l’indicateur de performance est meilleur pour Monsieur Macky Sall (M.S.) ou pour Monsieur Idrissa Seck (I.S.) : est alors mentionné dans les tableaux « M.S. » ou « I.S. ».

 

A. Croissance réelle du PIB

 

Tableau 11. Taux de croissance réelle du  PIB

 

2004

2005

2006

2007

2002

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

I.S.

I.S.

I.S.

I.S.

Source : Tableau 1

 

Tableau 12.Récapitulatif du taux de croissance réelle du  PIB

 

2002

2003

M.Macky Sall

4 DP soit 100%

0 DP soit 0%

M.Idrissa Seck

0 DP soit 0%

4 DP soit 100%

Source : Tableau 11

 

B. Dépenses et recettes publiques /PIB 

 

B1. Tableau 13. Dépenses en capital

 

2004

2005

2006

2007

2002

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 3/Ligne 2

 

      Tableau 14.Récapitulatif des dépenses en capital

 

2002

2003

M.Macky Sall

4 DP soit 100%

4 DP soit 100%

M.Idrissa Seck

0 DP soit 0%

0 DP soit 0%

Source : Tableau 13

 

B2. Tableau 15. Dépenses courantes

 

2004

2005

2006

2007

2002

I.S.

=

M.S.

M.S.

2003

I.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 3/Ligne 3

 

     Tableau 16.Récapitulatif des dépenses courantes

 

2002

2003

M.Macky Sall

2 DP soit 67%

3 DP soit 75%

M.Idrissa Seck

1 DP soit 33%

1 DP soit 25%

Source : Tableau 15

 

 

B3. Tableau 17. Recettes budgétaires

 

2004

2005

2006

2007

2002

I.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 3/Ligne 4

 

      Tableau 18.Récapitulatif des recettes budgétaires

 

2002

2003

M.Macky Sall

3 DP soit 75%

4 DP soit 100%

M.Idrissa Seck

1 DP soit 25%

0 DP soit 0%

Source : Tableau 17

 

B4. Tableau 19. Recettes fiscales

 

2004

2005

2006

2007

2002

I.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 3/Ligne 5

 

     Tableau 20.Récapitulatif des recettes fiscales

 

2002

2003

M.Macky Sall

3 DP soit 75%

4 DP soit 100%

M.Idrissa Seck

1 DP soit 25%

0 DP soit 0%

Source : Tableau 19

 

B5. Tableau 21.Récapitulatif des dépenses et recettes publiques/PIB 

 

2002

2003

M.Macky Sall

12 DP soit 80%

15 DP soit 94%

M.Idrissa Seck

3 DP soit 20%

1 DP soit 6%

Source : Tableaux 12, 14, 16, 18,20

 

C. Tableau 22. Taux d’endettement extérieur

 

2004

2005

2006

2007

2002

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 5

 

Tableau 23.Récapitulatif du taux d’endettement extérieur

 

2002

2003

M.Macky Sall

4 DP soit 100%

4 DP soit 100%

M.Idrissa Seck

0 DP soit 0%

0 DP soit 0%

Source : Tableau 22

 

D. Tableau 24.Taux d’investissement

 

2004

2005

2006

2007

2002

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 7

 

Tableau 25.Récapitulatif du taux d’investissement

 

2002

2003

M.Macky Sall

4 DP soit 100%

4 DP soit 100%

M.Idrissa Seck

0 DP soit 0%

0 DP soit 0%

Source : Tableau 24

 

E. Tableau 26. Taux d’épargne brute

 

2004

2005

2006

2007

2002

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

2003

M.S.

M.S.

M.S.

M.S.

Source : Tableau 9

Tableau 27.Récapitulatif du taux d’épargne brute

 

2002

2003

M.Macky Sall

4 DP soit 100%

4 DP soit 100%

M.Idrissa Seck

0 DP soit 0%

0 DP soit 0%

Source : Tableau 26

 

Tableau 28.Récapitulatif de tous les indicateurs de performance

 

2002

2003

M.Macky Sall

28 DP soit 90,3%

27 DP soit 84,4%

M.Idrissa Seck

3 DP soit 9,7%

5 DP soit 15,6%

Source : Tableaux 12, 21, 23, 25, 27

 

    La comparaison par année confirme la comparaison des gestions 2002-2003 / 2004-2007 :

    Monsieur Macky Sall a nettement mieux géré le Sénégal que Monsieur Idrissa Seck.

    Si Monsieur Macky Sall, Premier Ministre, a pu réaliser de bons indicateurs de performance,

    il est certain que, devenu Président de la République, il a les capacités de mieux faire.

    L’émergence du Sénégal, avec la gouvernance vertueuse de Monsieur le Président Macky Sall, est alors une perspective prometteuse.


Dr Omar NDIAYE

Docteur en Economie

Convergence des Cadres Républicains / CCR-France

Alliance Pour la République / APR

 

 

REFERENCES :

1. Banque de France (2008) : « Rapport Annuel-Zone Franc ».

2. BCEAO (2006) : « Annuaire Statistique 2006 ».

 

3. FMI (2010) : « Rapport  N° 10/165 »,  Juin 2010.

Les commentaires sont fermés.