anas 1 palestineA l’occasion de la  célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, hier 29 novembre 2013, le Diplomate et Premier Secrétaire à l’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal, Anas ABDERRAHIM (photo ci-contre) a bien voulu accorder, à Xibaaru, un entretien exclusif. Et c’est pour revenir, entre autres, sur le contexte qui a crée cette journée et son déroulement, son regard sur Israël, la coopération Sénégalo-Palestinienne et sa vision future.

Xibaaru : Quel sentiment vous habite en ce moment de la célébration de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien 2013?

Anas ABDERRAHIM : Replaçons les choses dans leur contexte. Ces manifestations internationales ont été instituées afin de contribuer, à sensibiliser le public aux objectifs de la Charte des Nations Unies sur des sujets sociopolitiques, culturels, humanitaires. La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien est célébrée tous les ans le 29 novembre, depuis 1977 par l’Organisation des Nations Unies, et par les pays et les personnes qui se sentent concernés.

 La date du 29 novembre a été retenue en raison de sa signification particulière pour le peuple palestinien. Ce jour-là en 1947, l’Assemblée générale adoptait, la résolution 181, connue par la suite sous le nom de résolution sur le plan de partage, qui prévoyait la partition de la Palestine historique en deux Etats, Jérusalem étant placée sous un régime international spécial. C’est aussi devenu la date anniversaire de l’accession de la Palestine au statut d’Etat non-membre à l’Onu.

Alors pour vous répondre sur les sentiments qui m’habitent, je dirai d’abord une part de fierté car nous avons, malgré les obstacles traversés durant plus de 66 années, pu survivre alors qu’on avait programmé notre effacement de la géographie mondiale. Et nous mesurons en cette journée, l’universalité de notre cause et son soutien populaire et internationale.

 Mais d’autre part je suis très inquiet car nous sommes confrontés à une politique colonisatrice inhumaine et soumis à un véritable apartheid, de la part de l’occupant israélien qui a fait en sorte de torpiller les possibilités de paix depuis plus de 20 ans. Nous ne cessons de le signaler à nos partenaires ! Le chemin reste long avant l’indépendance réelle et la liberté, celle qui se fera sur le terrain. Et nous leur demandons de ne pas baisser les bras et de poursuivre avec nous ce chemin difficile mais juste.  

Comment se déroulent ces célébrations ?

Concrètement, les manifestations varient selon les pays et les acteurs. Ils vont de l’événement politique comme les meetings, les conférences et les débats, à des évènements d’ordre sportifs ou culturels comme des concerts, des expositions ou encore des projections de cinéma…

 Au Siège de l’Organisation des Nations Unies, à New York, le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, présidé par le Sénégal, se réunit le 29 novembre de chaque année en séance extraordinaire pour célébrer la Journée. Y prennent la parole le Secrétaire général, le Président de l’Assemblée générale, le Président du Conseil de sécurité et les représentants de la Palestine, des organes des Nations Unies compétents…

Pour vous donner des exemples d’évènements entourant cette célébration, cette année, à Madrid, il est prévu une semaine de la solidarité avec de nombreuses activités culturelles.

A Paris, vous avez des cinémas privés qui organisent une programmation autour du cinéma palestinien toute la semaine. Petite pensée pour notre cinéma qui se porte bien et connaît quasiment chaque année la reconnaissance d’un film ou deux sur le plan international. Le film « 5 caméras brisés » qui raconte la résistance pacifique du village palestinien de Bil’in vient d’ailleurs d’être récompensé aux Emmy Awards.

Ici…au Sénégal, l’Alliance nationale pour la cause palestinienne (Ancp) a organisé, ce samedi matin 30 novembre 2013 à l’Institut Islamique de Dakar, un panel sur la question palestinienne animé par l’ambassadeur de l’Etat de Palestine, son Excellence, Abdalrahim ALFARRA, Pr Penda Mbow, Alioune Tine, Imam Dame Ndiaye, Pr Mahtar Kébé

Enfin je profite de votre tribune pour vous informer que le 5 décembre à Rome, sera lancé la Campagne internationale pour la libération de Marwan Barghouti. Il serait bien qu’en Afrique aussi on participe à cette campagne afin de lui donner l’ampleur qu’elle mérite. Pour le moment, seule la société civile sud africaine est réellement engagée sur la question de la libération des prisonniers palestiniens (plus de 4600 palestiniens dont des enfants).

 

En tant  que Palestinien, pensez-vous qu’Israël facilite vraiment la tâche aux différents élans de solidarités qui se manifestent envers votre peuple ?

 

Vous savez évidemment qu’Israël n’apprécie guère, dans l’état actuel des choses, la solidarité envers le peuple palestinien et sa juste cause. Même quand cette solidarité vient de la part d’intellectuelles israéliens ! Certains intellectuels qui ont tenté de remettre en cause le fonctionnement de l’Etat israélien sur des bases religieuses et sectaires sont, aujourd’hui, isolés ou affaiblis, laissant libre cours au durcissement de la société politique israélienne. Vous avez quand même une personne qui a clairement fait référence au transfert des palestiniens qui est aujourd’hui Ministre des Affaires Etrangères israéliens… 

 En ce qui me concerne, je suis intimement convaincu que nous ne pourrons pas trouver de solution pérenne sans le soutien de l’opinion public et de la communauté internationale. 

 

Comment appréciez-vous la solidarité sénégalaise vis-à-vis du peuple palestinien ? Où-est-ce qu’il faudrait mettre l’accent dans le cadre de la coopération bilatéral pour booster cette solidarité ?

 

Le Sénégal défend avec constance et fidélité la cause palestinienne et le droit du peuple palestinien à avoir un Etat libre et souverain avec Jérusalem-Est comme capitale. Aux Nations Unies, votre pays préside par exemple le Comité des Nations Unies pour les Droits Inaliénables du Peuple Palestinien. Je profite de cette occasion qui m’est donné pour féliciter le Sénégal pour son rôle important dans la protection des droits de notre peuple, de son patrimoine historique et religieux. Le Sénégal, son peuple frère, son administration et son Président nous ont accompagné et soutenu dans toutes nos démarches au niveau internationales et continueront de le faire avec succès inchaa allah.

 Je suis convaincu que cette action en faveur des droits du peuple palestinien participe incontestablement au prestige diplomatique de votre pays sur le continent africain et à l’échelle mondiale. 

 

Comment vivez-vous  la présence et la coopération de l’Etat d’Israël avec le Sénégal à côté de la coopération avec la Palestine, notamment au lendemain d’un sommet Arabo-africain ?

 

Le Sénégal est libre d’apprécier ses intérêts comme bon lui semble.

 

Vos attentes sont-elles satisfaites par rapport à ce sommet 2013 ?

Nous regardons avec beaucoup d’intérêt le renforcement de la relation entre les peuples d’Afrique et ceux du Moyen-Orient et du Maghreb. Ces sommets permettent aux dirigeants de mieux se connaître, d’harmoniser et d’adapter de façon plus précise, les échanges et la coopération afro-arabe. Mais ce n’est qu’un début ! Ces rencontres doivent se multiplier et se diversifier sur différents niveaux, que soit politique, économique, commerciale, culturel, scientifique… Pour nous, le renforcement des relations arabo-africaines est une chose essentielle. 

 

Quel lendemain espérez-vous, pour booster la solidarité avec le peuple palestinien au niveau internationale et africain ?

 

Il y a un an, le 29 novembre 2012, la Palestine accédait au statut d’État observateur non membre à l’Onu. Nous avons aussi accédé à un statut d’Etat-membre à l’Unesco. En outre et bien qu’étant État non-membre à l’Onu, la Palestine a, ce 18 novembre, participé pour la première fois à un vote de l’Organisation, dans le cadre de l’élection d’un juge du Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie (Tpiy) par les États-membres de l’Assemblée générale. Tous ces évènements restent symboliques, mais importants parce que cela montre (grâce au soutien de l’Afrique) que la communauté internationale, en particulier l’Assemblée générale, a hâte que l’État de Palestine devienne membre à part entière des Nations unies, et joue son rôle dans le système international.

Ces signaux nous font espérer malgré la grande souffrance de notre peuple en un avenir meilleur qui nous permettra de vivre normalement comme tous les peuples, en disposant d’un Etat dont nous puissions jouir pleinement, dans lequel nous pourrions nous rendre librement, avec lequel vous pourriez commercer et échanger pleinement. Seul le renforcement de la solidarité internationale et africaine, nous mènera sur ce chemin. Il en va de nos intérêts à tous et de notre avenir commun.

 

Propos recueillis par Balthazar xibaaru.com

PARTAGER