Modern technology gives us many things.

Lutte contre le VIH/SIDA : Les Premières dames africaines à l’école japonaise

femmes premières damesPartager son expérience avec les Premières Dames africaines dans le cadre de la lutte contre VIH/SIDA. C’est ce qui a été fait à l’occasion de la TICAD V (Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique) à travers un programme spécial concocté à l’intention des Premières Dames d’Afrique. Le ministère des Affaires Etrangères du Japon, en collaboration avec le centre japonais pour les Echanges Internationaux, a organisé, le 1 er juin, à l’Annex Hall, Pacifico Yokohama, un symposium international autour du thème : « Parlons du SIDA : les Défis communs de l’Afrique et du Japon ». Autour de la table, une quinzaine de Premières Dames venues du continent. Présence remarquée des Premières Dames de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Gabon, du Mali, du Zimbabwe, de la Namibie, etc. Et de l’épouse du secrétaire général de l’Onu, Madame Ban Soo-Taek. Honorée par la présence de ses paires, Madame Akie Abe, Première Dame du Japon a rappelé que l’objectif de ce symposium est de faire reculer la pandémie du Sida sur le continent africain. Elle a expliqué avoir été marquée personnellement par la situation des enfants atteints de VIH, lors de la visite d’un centre, en Namibie. Pour sa part, Mme Penehupifo Pohamba, Présidente de l’organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS), par ailleurs Première Dame de la Namibie, a exprimé au nom de ses paires, sa gratitude à la First Lady du Japon pour l’attention dont elles ont bénéficié au Pays du Soleil Levant. Selon la Présidente de OPDAS, la lutte contre le VIH/SIDA est une mission que les Premières Dames se sont assignées. Aussi a-t-elle demandé à ses s?urs présentes, de s’impliquer davantage dans le plaidoyer et la recherche d’une solution durable contre la pandémie.« Nous avons besoin de tous les soutiens », a dit la Présidente de l’OPDAS à l’endroit du Japon et de tous les autres partenaires présents. Car cette organisation de Premières Dames ne fonctionne pour le moment qu’avec les cotisations de ses membres. Pour sa part, Jan Beagle, Directeur exécutif adjoint ONUSIDA a dressé le tableau du VIH/SIDA en Afrique, non sans souligner que les actions engagées par son organisme donnent une lueur d’espoir.« Il est possible de réduire la transmission mère-enfant du VIH/SIDA», a relevé avec beaucoup d’optimisme, Jan Beagle. C’est pourquoi les partenaires présent dont l’organisation des Premières Dames, OPDAS ont été invités à multiplier les initiatives. Les Premières Dames ont, en outre, assisté à des exposés enrichissants sur l’implication du Japon dans la lutte contre le Vih/Sida. Elles ont suivi plusieurs exposés avec de nombreux thèmes : « Traduire l’expérience des communautés vulnérables dans les politiques sur le VIH/SIDA au Japon », présenté par Sachiko, Professeur de l’université Kyorin ; « Lutter contre la stigmatisation : la communauté Gay à Tokyo », présenté par Hiroshi Hasegawa, Représentant du Réseau japonais des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Quant à Misa Maeda, Co-directeur du Projet de la TICAD V a clos la série des exposés avec « Le rôle et la possibilité de la jeunesse dans les activités de lutte contre le VIH ». Au vu des différentes communications, le succès relatif du japon repose sur la patience, l’endurance et le respect de la diversité. Les représentants de la société civile africaine et japonaise ont ensuite joint leur voix au concert de la lutte contre la pandémie du siècle. (Le Patriote 03/06/2013)

 

Les commentaires sont fermés.