Modern technology gives us many things.

L’Ukraine ne veut pas de l’Union européenne : une victoire pour Poutine

poutine ukraineA une semaine du sommet de Vilnius, l’Ukraine, pays de 46 millions d’habitants tiraillé entre l’Union européenne (UE) et la Russie, a fait son choix. Jeudi 21 novembre, le gouvernement a suspendu les négociations en vue de la signature de l’accord d’association avec l’UE. Le décret de suspension, signé par le premier ministre, Mykola Azarov, justifie le renoncement de l’Ukraine par la nécessité « d’assurer la sécurité nationale, de relancer les relations économiques avec la Russie et de préparer le marché intérieur à des relations d’égal à égal avec l’UE ». La veille, M. Azarov était revenu enchanté d’un sommet des premiers ministres de la Communauté des Etats indépendants (CEI, soit l’ex-URSS moins les pays baltes et la Géorgie), qu’il a décrit comme « une rencontre très réussie ». Le décret est tombé quelques heures après le refus du Parlement de faciliter le transfert à l’étranger, pour raisons médicales, de l’opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, dont Bruxelles avait fait un préalable. Engluée dans les difficultés, l’Ukraine est allée au plus offrant. Le pays est engagé dans un périlleux exercice d’équilibre. La dette à court terme représente environ 150 % des réserves de change et il faudra rembourser 8 milliards de dollars (6 milliards d’euros) au Fonds monétaire international d’ici à la fin de l’année.

 

UNE VICTOIRE POUR M. POUTINE

 

De juillet à septembre, le PIB a chuté de 1,5 %, tandis que les échanges avec les Etats de la CEI ont diminué de 25 % ces dix derniers mois. Récemment, Mykola Azarov a chiffré la mise aux standards européens de son pays à 160 milliards de dollars. Or l’accord d’association ne prévoit aucune aide.

 

En revanche, la Russie s’est montrée empressée ces dernières semaines à voler au secours de Kiev, proposant crédits et tarifs avantageux pour le gaz après avoir, en août, multiplié les contrôles douaniers sur les marchandises ukrainiennes, et promis des mesures de rétorsion en cas de signature avec l’UE.

 

 Le choix européen de l’Ukraine ne pouvait être du goût de Vladimir Poutine, soucieux de ramener les anciennes républiques de l’URSS dans le giron russe. Le but de son 3e mandat est de réaliser l’Union eurasienne, une sorte d’Union soviétique bis. Sans l’Ukraine, perçue par la plupart des Russes comme le berceau de leur Etat, le projet serait bancal.

 

En premier lieu, une communauté économique, l’Union douanière (Russie, Kazakhstan, Biélorussie) a émergé. L’Ukraine devrait bientôt s’y associer. Le revirement de Kiev est une victoire de taille pour M. Poutine. « Les associations économiques ne sont pas un danger pour la capacité de défense du pays, il y a d’autres menaces », a expliqué jeudi le président russe. « Nous avons mené des négociations avec l’Organisation mondiale du commerce pendant dix-sept ans, en marchandant sur chaque point, et tout d’un coup, on nous dit que les frontières entre l’UE et l’Ukraine sont ouvertes (…). La Russie doit défendre son économie », a-t-il conclu.

 

« UN ÉCHEC GRAVE POUR BRUXELLES ET POUR KIEV »

 

Le refus de Kiev n’a pas vraiment surpris, à Bruxelles, où certains gardaient toutefois l’espoir de convaincre le président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Même si elle a mis plusieurs heures pour rédiger un communiqué prudent, la diplomatie européenne n’a pu cacher sa « déception », selon Catherine Ashton, la haute représentante pour les affaires étrangères. Une déception à la mesure de l’échec subi : le partenariat avec Kiev devait être le plus important que l’UE ait jamais signé avec l’un de ses voisins.

 

Mme Ashton juge toutefois que l’avenir de l’Ukraine passe toujours par « une relation forte » avec l’UE. Et Guido Westerwelle, le chef de la diplomatie allemande, a estimé, au nom des Vingt-Huit, que le projet de « véritable partenariat » restait d’actualité. La pause des relations avec Kiev pourrait durer « très longtemps » leur a indirectement répondu Dalia Grybauskaité, présidente de la Lituanie. Sous-entendu : l’enterrer à jamais. Carl Bildt, ministre suédois des affaires étrangères, a déploré que l’Ukraine « s’incline très bas » devant le Kremlin et ses « pressions brutales ».

 

Une traduction de l’amertume d’autres chancelleries, qui savaient évidemment qu’un échec du sommet du Partenariat oriental, à Vilnius, les 28 et 29 novembre – les Vingt-Huit le signeront avec la Géorgie et la Moldavie – serait interprété comme une victoire de Moscou. « Ce dossier est sans doute le symbole du regain d’influence de la Russie et du délitement à venir de l’UE », confirme Thomas Gomart, directeur du développement stratégique de l’Institut français des relations internationales. « L’échec est grave, tant pour l’Ukraine que pour l’Union », estime Jean-Michel De Waele, politologue à l’Université libre de Bruxelles. « Mais, plutôt que d’être victime de la diplomatie russe, l’Europe a marqué contre son propre camp en n’adaptant pas sa technique de négociation à un pays vaste, et pas nécessairement demandeur d’un véritable rapprochement », ajoute-t-il.

 

Quel sera, désormais, le sort de Ioulia Timochenko ? « Nous restons sur nos positions », affirme une source à la Commission qui, réaliste, convient cependant que « la fenêtre qui existait a été refermée ». Il reste à savoir si l’insistance mise sur le sort de l’opposante ne servait pas, surtout, à masquer les divergences entre les Vingt-Huit quant à la véritable nature du partenariat à conclure avec Kiev.

Les commentaires sont fermés.