ucad recteurLe Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) a maintenu hier, lundi 09 septembre à l’occasion du sit-in organisé devant le rectorat, son mot d’ordre de cesser toutes les activités académiques sur l’ensemble du campus de Dakar ce, malgré les assurances du recteur de l’Université Cheikh Anta Diop, Saliou Ndiaye. Exigeant de la part des autorités du “concret“, les militants du Saes, comptent se réunir à nouveau, ce mercredi en assemblée générale pour donner suite à leur plan d’action.

L’affaire de la non approbation du budget qui a éclaboussé ces dernières semaines l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) est loin de connaitre son épilogue. Hier, lundi 9 septembre, en organisant un sit-in avec tous syndicats présents dans l’espace de l’Université Cheikh Anta Diop (Satuc, Sudes), le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes), section Ucad, a réitéré sa décision  de bloquer toutes les activités académiques sur l’ensemble du campus.

A l’occasion de cette manifestation le Recteur de l’université de Dakar a tenté de  rassurer les syndicats : «Aujourd’hui, chaque enseignant peut aller chercher son billet de voyage, choisir sa date de départ. Les primes seront payées dès demain (Ndlr ce mardi). Les primes de voyage sont déjà réglées ». Et d’ajouter : «En ce qui concerne le budget, nous avons reçu la nouvelle nomenclature avec l’appui du ministère de tutelle et nous y travaillons. Les heures supplémentaires seront payées à partir de la semaine prochaine».

Selon le recteur Saliou Ndiaye, «l’Université n’a pas connu cette année de perturbations. L’année est normale. Toutes les facultés font  correctement leurs examens, exceptée la faculté des Lettres qui n’a pas encore démarré ses évaluations».
Malgré cette volonté affichée de l’autorité rectorale de mettre un terme au blocage de l’institution qui est lié à des problèmes financiers, la coordination de Dakar du syndicat n‘a pas voulu avaler tout de suite les promesses du recteur. Pour les militants du Saes, Saliou Ndiaye peine à convaincre les enseignants sur la situation qui commence à tirer en longueur.
M. Yankoba Ndiaye, le chargé de communication du SAES campus de Dakar précise que «Le temps de tous les verbes du recteur se trouve au futur. Normalement, il ne doit pas promettre puisque son représentant l’a déjà fait. On ne devrait pas après les promesses de la dernière fois conjuguer au futur».

Le sit-in qui entrait dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’actions du syndicat,  notamment  la suspension des cours et autres évaluations du second semestre, le Saes, section Ucad, n’observera pas, contrairement à leur premier sit-in un round d’observation pour constater l’avancement de la situation financière de l’université. Ils exigent cette fois-ci que du «concret».

«Nous n’avons rien vu de façon concrète. Nous maintenons l’arrêt de travail dans tout le campus de Dakar. Nous allons convoquer une assemblée générale ce mercredi à 10h à l’amphithéâtre 3 de la faculté des Sciences juridiques et politiques parce que pour nous, ils n’ont pas fait de pas», explique toujours M. Seydi.

Toujours dans une logique de battre en brèche l’argumentaire du Recteur, Yankhoba Seydi de relever que « le Recteur a parlé des bons qui sont disponibles, il y a jurisprudence en la matière. Nos camarades de Sain- Louis (UGB) qui avaient leurs bons (billets) pour voyager au moment de l’embarcation à l’Aéroport quand on est venu les sortir de-là et les renvoyer comme des malpropres».

C’est pourquoi, soutient-il, «nous ne voulons pas tomber dans le même piège. Nous voulons voir du concret. Nous voulons voir pour croire».

Prenant acte des promesses du recteur, la Coordination du Saes de Dakar précise que «les actes doivent être concrets. C’est le concret qui va faire revenir le Saes sur sa décision. Pour le moment, nous maintenons la lutte : pas d’enseignement, pas d’encadrement jusqu’à ce que nous nous rendions compte que les promesses ont été tenues».

«Les problèmes ne viennent pas du recteur lui-même. Ce n’est pas lui qui crée le budget. C’est un établissement où le budget est donné quasiment par l’Etat. Nous n’excluons pas d’assiéger le ministère de tutelle parce qu’il est la source du problème. D’ici mercredi, nous avons le temps de vérifier et apprécier», a fait savoir Seydi Ababacar Ndiaye en sa qualité de militant de base du campus de Dakar.

Pour rappel, les syndicalistes avaient décidé de ne pas évaluer les enseignements du second semestre de l’année académique en cours et l’arrêt immédiat de toutes les activités d’enseignement, de recherche, d’encadrement. En début de semaine, l’Ucad était jusqu’à hier aphone. Le fonctionnement a été paralysé.

Pour rappel, l’agent comptable avait indiqué dans une correspondance la semaine dernière  que le budget de l’Université et la plupart  des budgets des établissements  qui la composent ne sont toujours pas approuvés. Pour éviter de tomber sous le coup de l’article 36 du régime financier de l’institution, l’agent décide de ne plus exécuter les dépenses en dehors des salaires.

« Les mandats relatifs aux primes de recherches, aux voyages d’études et aux heures complémentaires seront bloqués jusqu’à la fin des formalités  d’approbation », a fait savoir l’argentier de l’Université de Dakar.

Sud Quotidien

PARTAGER