Modern technology gives us many things.

L’UA appelle à mettre fin à l’occupation du Sahara occidental par le Maroc

 

sahara occidentalLa présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a appelé à “mettre fin à l’occupation du Sahara occidental et à l’oppression du peuple sahraoui par le Maroc”.
Mme Dlamini-Zuma a précisé dans un entretien accordé à l’agence de presse panafricaine (Pana) que “la position de l’UA à l’égard de cette question est claire et appelle à mettre fin à l’occupation des territoires sahraouis et à l’oppression du peuple sahraoui par le Maroc”, a rapporté mercredi l’agence de presse sahraouie (SPS).

Pour la responsable panafricaine, “le règlement durable de la question de la souveraineté de la République sahraouie objet de conflit passe par l’autodétermination du peuple sahraoui conformément à la Déclaration des Nations unies sur les droits de l’homme et à l’Acte constitutif de l’UA”. “Notre position à l’égard de la question du Sahara occidental est immuable”, a-t-elle affirmé, souhaitant que “les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA y trouvent une solution dans les plus brefs délais”.

“Nous avons reconnu la République arabe sahraouie en tant que membre à part entière de l’UA tout comme nous avons appelé à l’organisation immédiate du référendum au Sahara occidental pour que nous puissions traiter les causes profondes de ce conflit”, a précisé Mme Dlamini-Zuma.

“Nous avons été frappés par le rapport de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples, présenté lors de la 71e session de l’UA. Aussi avons-nous exhorté le Maroc à cesser d’opprimer le peuple sahraoui”, a affirmé la présidente de la Commission de l’UA.

Le Maroc exploite illégalement les ressources naturelles du Sahara occidental

Le Magazine américain “Bloomberg Businessweek” a publié, en fin mai passé, un article intitulé “Investissement marocain au Sahara occidental au milieu de tensions montantes” où il avait relevé que le gouvernement marocain exploitait “illégalement” les ressources naturelles du Sahara occidental.

Dans son article, le magazine, spécialisé en économie, a fait savoir que le gouvernement marocain, dans “l’ignorance des lois internationales, exploite les ressources naturelles terrestres et maritimes du Sahara occidental”.

La loi internationale, a-t-on rappelé dans l’article, “stipule que l’extraction des ressources naturelles par un pays occupant ne peut se faire qu’avec le consentement et pour le bénéfice de la population locale”. “Ce qui est loin d’être le cas au Sahara occidental”, a noté le rédacteur de l’article, affirmant que “des témoignages d’habitants locaux démontrent clairement que le gouvernement marocain ne respecte aucune de ces lois, affichant même une indifférence totale à leur égard”.

Se référant aux statistiques marocaines du chômage, le magazine a souligné que “le taux chômage au Sahara occidental représente le double du taux de chômage enregistré au Maroc et qui est de 9%”. “Les Sahraouis disent que les postes d’emploi dans les territoires occupés vont aux marocains, attirés par la promesse de logements subventionnés”, a-t-on encore relevé dans cet article qui a fait savoir, en se référant à des témoignages, que “les Sahraouis travaillant dans la mine de phosphate de Bou Craa au sud-est d’El Ayoun représentent seulement 30 % de l’ensemble des travailleurs de la mine”.

Selon le membre du Comité Sahraoui de soutien au plan de règlement des Nations Unies et pour la protection des ressources naturelles, Dalil Lahcen, qui s’est confié au magazine Bloomberg Businessweek, “les sahraouis continueront à revendiquer leur indépendance”, ajoutant que la situation de colonisation du Sahara occidental “ne peut pas durer éternellement”.

Par ailleurs, le magazine a rappelé quelques étapes historiques du conflit sahraoui, notamment, celles relatives à l’occupation marocaine. Cette publication américaine a également souligné que “les Nations Unies ne reconnaissent pas la position marocaine disant que le Sahara occidental, appartient, historiquement, au royaume et qu’une pression est actuellement exercée sur lui”.(El Watan 06/06/2013)

Les commentaires sont fermés.