Modern technology gives us many things.

L’opposition profite de la visite de Obama pour salir Macky

macky obama 1L’initiative pour un rassemblement patriotique/Booloo taxawu askan wi, regroupant les partis d’opposition, a tenu une conférence de presse ce mercredi en prélude à la visite du président américain. Le Pds et ses alliés dans le combat contre le chef de l’Etat ont vilipendé Macky Sall qu’ils accusent d’avoir fait opérer un recul démocratique au Sénégal.


Le Président Obama vivifie, avec sa visite au Sénégal, le respect et la considération dont notre pays a toujours été l’objet auprès des différentes administrations américaines. « La visite du Vice-Président Lindon Johnson sous le Président Senghor, celle du Président Bill Clinton sous le Président Abdou Diouf et celle du Président Georges Bush sous le magistère du Président Wade qui a signé le MCA pour le Sénégal pour un montant de 270 milliards de francs Cfa d’appui à notre pays, en témoignent s’il en était encore besoin », déclare Mamadou Diop Decroix, porte-parole de la conférence de presse de l’initiative pour un rassemblement patriotique/Booloo taxawu askan wi qui regroupe le Pds, And-Jëf/Pads, Elan, Fn, Ligue des Masses, Mac, Mps-Faxas, Psd/Jantbi, Rds, Ucs et Ufpe.

Cependant, note-t-il, « aujourd’hui, des attaques sérieuses sont en train d’être portées sur les acquis démocratiques arrachés de haute lutte à travers engagements et sacrifices de tous les démocrates et patriotes de notre pays ».

Depuis (grèves répétitives dans le secteur de l’éducation, cacophonie dans le secteur de la consommation entre Gouvernement, consommateurs, commerçants, etc.).

Quant à la concertation politique, elle n’existe plus, pensent les membres de l’opposition. Sur nombre de questions d’intérêt national qui requièrent une large concertation, l’Opposition n’est pas associée comme le Conseil Economique Social et Environnemental (Cese) ou encore le processus de réforme des institutions.

« Le pluralisme, la démocratie et les libertés sont en grand danger au Sénégal du fait d’un régime qui, incapable de respecter ses engagements électoraux liés à la cherté de la vie, aux coupures d’électricité et à l’insécurité grandissante, à l’emploi des jeunes et à l’instabilité de l’Ecole publique, sans compter le conflit en Casamance, s’acharne sur ses adversaires politiques comme exutoire et pour régler, aux moyens de l’Etat, des comptes personnels avec ses anciens compagnons au pouvoir. C’est pour cela d’ailleurs que nous fustigeons la création de l’agence de sécurité de proximité dont la vocation n’est rien d’autre que d’être une milice politique pour satisfaire une clientèle politique au détriment des forces de sécurité bien formées et dont les effectifs méritent d’être renforcés », disent-ils.

Selon les membre de l’opposition, « dans les geôles, croupissent des prisonniers – dont le plus connu est Monsieur Karim Wade, fils de l’ancien Président de la République Maître Abdoulaye Wade – qui y sont jetés pour délit d’enrichissement illicite sous les ordres d’un tribunal d’exception – la cour de répression de l’enrichissement illicite – avec un procureur dont les accusations sont en train de crouler comme château de cartes chaque jour que Dieu fait. Un tribunal d’exception largement réprouvé par les Sénégalais, avec des charges de preuve inversées, en dormance depuis 30 ans et récemment ressuscité par un Président qui, lui-même locataire avant d’entrer au gouvernement il y a une dizaine d’années, a fait, après son investiture l’année dernière, une déclaration de patrimoine estimée à plusieurs milliards de francs cfa ».

Le droit d’aller et de venir de leaders politiques de l’Opposition est bafoué. La Cour de justice de la Cedeao, saisie par les concernés, a enjoint le Sénégal de revenir sur sa décision mais le gouvernement a ostensiblement ignoré la Cour qu’il a même tenté de tourner en dérision. Le droit à la marche – droit inscrit dans la Constitution – est de fait supprimé. Les contrevenants sont molestés, arrêtés et gardés à vue dans les locaux de la police en attendant, demain, d’être simplement jetés en prison, estiment Oumar Sarr et ses camarades. Les organisations de droits de l’Homme comme Amnesty International et l’Ondh sont stigmatisées et menacées par de hautes autorités gouvernementales pour avoir dénoncé les atteintes graves aux droits humains comme la torture sous le régime de Macky Sall.

Tels son, selon eux, les faits que nul ne peut ignorer, qui gangrènent la sérénité et la paix civile nécessaires à la création de richesses dans notre pays où les populations, notamment les classes moyennes, par pans entiers, basculent, de jour en jour, dans la pauvreté et la misère, tandis que les marchés publics de gré à gré montent en puissance au sein de l’Etat.

Les commentaires sont fermés.