soldat françaisJean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a annoncé ce vendredi 6 décembre sur RFI que l’opération Sangaris, l’intervention militaire de la France en République centrafricaine, a effectivement démarré. Les forces françaises qui étaient déjà sur place à Bangui – 650 hommes – ont commencé les patrouilles. « La nuit a été calme », a affirmé le ministre français.

« L’opération a commencé, dans la mesure où les forces françaises qui étaient déjà présentes à l’aéroport de Bangui, avec une mission limitée à la protection de cet aéroport et de nos ressortissants, dès cette nuit, ont développé des patrouilles dans Bangui », a annoncé Jean-Yves Le Drian, invité sur RFI ce vendredi matin. Le ministre français de la Défense a assuré que « la nuit a été calme » à Bangui. « Une compagnie est arrivée de Libreville hier soir [jeudi soir, ndlr] et aujourd’hui un détachement d’hélicoptères sera sur zone », a précisé le ministre français sur notre antenne.

« Aujourd’hui, il y en a un peu plus de 650 [soldats français en République centrafricaine, ndlr] et nous allons doubler d’ici la fin de la semaine », a pour sa part assuré Laurent Fabius, ce vendredi matin sur l’antenne de France Info.

« Permettre une intervention humanitaire »

Cette opération, baptisée Sangaris – du nom d’un papillon centrafricain – doit mobiliser au total 1 200 hommes. 650 soldats français se trouvent actuellement à Bangui, dont 200 hommes appartenant aux transmissions, à la logistique et au génie de l’armée de l’air arrivés le week-end dernier pour préparer l’intervention qui vient de démarrer.

Les militaires français basés à Bangui avaient jusqu’à maintenant pour mission de sécuriser l’aéroport de Mpoko, où ils sont installés, ainsi que de mener des missions de protection des ressortissants français, notamment par la sécurisation des sites sensibles, comme l’ambassade ou les points de regroupement.

PARTAGER