Modern technology gives us many things.

L’ONU félicite le gouvernement ivoirien après l’interpellation d’Amadé Ouérémi

Les Nations Unies ont félicité jeudi le gouvernement ivoirien pour avoir arrêté, le Chef milicien, Amadé Ouérémi, qui a régné pendant plus d’une décennie dans la forêt du Mont Péko dans l’Ouest du pays. (photo prise lors de son arrestation)


amadé ouérémi arrêtéAu cours d’une conférence de presse, Kadidia Ledron, Porte-parole adjointe de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a annoncé qu’au plan sécuritaire, la situation dans l’ensemble du pays est relativement calme.

‘’Concernant les opérations entamées par les autorités nationales pour la gestion des forêts classées, l’ONUCI félicite le Gouvernement pour l’interpellation du sieur Ouédraogo Rémi alias Amadé Ouérémi dans les environs du Mont Peko”, a-t-elle ajouté.

La Ligue ivoirienne des droits de l’homme (LIDHO) a de son côté qualifié dans un communiqué, cette arrestation ‘’d’avancée notable dans le processus de lutte contre l’impunité dans notre pays”.

Mme Lédron a rappelé, cependant, l’importance de la protection des civils et du respect des droits de l’Homme et du droit humanitaire international dans les actions de restauration de l’autorité de l’État.

La Force de l’ONUCI a effectué près de 1706 patrouilles terrestres et aériennes sur toute l’étendue du territoire, en appui des forces nationales, durant la semaine écoulée, a-t-elle poursuivi.

A l’Ouest du pays, ces patrouilles se déroulent dans le cadre du mécanisme quadripartite existant entre les Gouvernement de la Côte d’Ivoire, du Libéria, de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL).

amadé ourémiSoupçonné par plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme, de graves crimes contre l’humanité, M. Ouérémi (ci-contre) d’origine burkinabé a été arrêté samedi dans la forêt du Mont Péko qu’il occupe depuis des années.

Il a été conduit dans le principal camp militaire de Duékoué, la capitale de la région du Guémon après son arrestation dans le village de Bagohouo. Depuis dimanche, M. Ouérémi a été transféré à Abidjan et serait détenu à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (MAMA).

Des soldats du Bataillon de sécurisation de l’Ouest (BSO), dirigé par le Commandant Losseni Fofana dit ‘’Loss” ont lancé le jeudi 16 mai dernier, une offensive sur la forêt du Mont Péko où se trouvait Amadé Ouérémi avec ses miliciens, estimés à plus d’une centaine.

Depuis les années 2000, M. Ouérémi défiait l’autorité de l’Etat dans cette forêt devenue sa ‘’chasse gardée” où il cultivait notamment le cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial.

Ouédraogo Amadé Rémi alias ‘’Amadé Ouérémi”, a été un supplétif des forces pro-Ouattara quand celles-ci étaient engagées dans la bataille armée post-électorale de décembre 2010 à avril 2011 face aux soldats et mercenaires proches du régime de Laurent Gbagbo.

Les commentaires sont fermés.