enfant soldatCélébrée, ce mercredi 20 novembre, la Journée mondiale de l’enfance, -ou Journée internationale des Droits de l’enfant- a servi de prétexte a l’Onu pour poser un acte allant dans le sens de libérer et de mettre fin à l’enrôlement des enfants dans des cadres de belligérance. Représentante de l’Onu pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, a, en effet, appelé, ce mercredi, la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda à prendre leurs responsabilités en démobilisant les enfants soldats de l’ex-rébellion congolaise M23.

« La priorité est de sortir les enfants, les identifier là où ils sont. Ici en Rdc, c’est la responsabilité de la Rdc, en Ouganda, la responsabilité de l’Ouganda, au Rwanda, la responsabilité du Rwanda », a expliqué Mme Zerrougui au cours d’une visioconférence de presse à Goma à l’Est de la Rdc. A ses yeux, « chacun assume ses responsabilités pour que ces enfants qui ont subi l’injustice d’être privés de leur enfance reviennent dans leur famille, reviennent dans leurs écoles. » Selon ses explications, depuis que le M23 a mis fin à sa rébellion armée, « on nous a dit que dans les gens qui se rendent il y a des enfants. J’ai posé la question: est-ce qu’il y a des enfants parmi ces groupes? On m’a dit 25 à 30%, c’est des enfants. »

Pour rappel, les rebelles ont déposé les armes le 5 novembre dernier, défaits par l’armée et la brigade d’intervention de l’Onu.

 

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER