Modern technology gives us many things.

Londres annonce 19,9 millions de livres sterling pour dédommager les survivants Mau Mau

mau mauLe gouvernement britannique a exprimé jeudi, à Londres, ses regrets au sujet des violences infligées à des Kenyans par les forces coloniales durant la révolte des Mau Mau dans les années 1950 et annoncé une compensation financière de 2,6 milliards de shillings kenyans (soit environ 19,9 millions de livres sterling) pour plus de 5.200 survivants de l’ethnie Kikuyu.

L’accord conclu à l’amiable après que trois Kenyans âgés, victimes de tortures, ont obtenu en octobre dernier le droit de poursuivre le gouvernement britannique, pourrait encourager des gens dans d’autres ex-colonies de déposer des plaintes pour des actes datant de l’époque de l’Empire britannique, indique-t-on.

« Le gouvernement britannique regrette sincèrement que ces violences aient eu lieu et qui plus est, ont retardé l’indépendance du Kenya”, a déclaré devant le Parlement à Londres, le ministre des Affaires étrangères, William Hague.

Selon M. Hague, la Grande Bretagne a également consenti à financer la construction d’un mémorial à Nairobi pour les Kenyans victimes de torture durant la période coloniale.

Des négociations avaient démarré après qu’un tribunal de Londres a décidé, en octobre dernier, que Wambuga Wa Nyingi, Jane Muthoni Mara et Paulo Muoka Nzili, qui avaient été victimes dans les années 1950, de castration, de viol et de bastonnades en prison, des mains des forces britanniques et de leurs alliés kenyans, pouvaient enfin poursuivre la Grande Bretagne.

Les tortures ont eu lieu durant l’insurrection kenyane de 1952-1960, lorsque des combattants du mouvement Mau Mau ont attaqué des cibles britanniques, créant la panique parmi les colons blancs et causant des soucis au gouvernement de Londres.

Le mouvement nationaliste Mau Mau a été créé dans la années 1950 au sein de la communauté Kikuyu. Ses fondateurs préconisaient une résistance violente face à la domination britannique sur le pays.

La Commission des droits de l’homme du Kenya a estimé à 90.000 le nombre de Kenyans tués ou mutilés et à 160.000 le nombre de détenus durant cette révolte.

Londres avait tenté, pendant près de trois années, de bloquer les poursuites judiciaires lancées par d’anciens combattants Mau Mau suscitant une vive condamnation par d’anciennes victimes de torture qui accusaient l’ancienne puissance coloniale de s’appuyer sur des artifices juridiques pour combattre le dossier.

 

Les commentaires sont fermés.