isra dgLe Directeur général de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Macoumba Diouf, a exposé aux parlementaires les principales doléances de la structure, notamment le faible taux de recrutement de chercheurs, l’insuffisance du budget alloué à la recherche, la vétusté du parc automobile et le personnel non renouvelé.

Lors d’une visite effectuée, mercredi, par les députés membres de la Commission du développement et de l’aménagement du territoire, dans les différents services de l’ISRA, M. Diouf, après une brève présentation des services, est revenu sur les contraintes qui entravent le bon fonctionnement de sa structure.

En plus d’un faible taux de recrutement de chercheurs, s’ajoutent une insuffisance de la dotation sur le budget national et une vétusté du parc automobile.

‘’Nous enregistrons un départ à la retraite de chercheurs séniors et une insuffisance de fonds destinés au financement de la recherche’’, a-t-il dit.

Ayant pour mission de générer des connaissances et des technologies à travers des programmes/projets de recherche agricoles pour contribuer à atteindre l’objectif de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté, l’ISRA doit aujourd’hui faire face aux nouvelles exigences de la recherche, a plaidé son Directeur général.

Certes, a-t-il dit, les autorités avaient répondu favorablement à la doléance liée aux motivations des chercheurs, car le traitement salarial a été nettement amélioré.

‘’Cependant, il faut doter ces chercheurs d’outils de travail, comme l’équipement des laboratoires de recherche et de certains stations et centres de recherche’’, a-t-il noté, ajoutant que le financement de la réhabilitation et de la réouverture des centres à travers le pays.

L’ISRA dispose de 45 sites de recherche dans toutes les zones agro-écologiques parce que l’institut intervient dans les productions végétales, animales, halieutiques et forestières, a expliqué Macoumba Diouf.

Il a relevé également d’autres difficultés définies comme des priorités stratégiques. ‘’Le reste est de présenter des projets de recherche de chercher des financements car c’est nous-mêmes qui trouvons la moitié de notre budget’’, a-t-il souligné, ajoutant le manque de logistique.

‘’L’ISRA doit être aidé en financement et en ressources humaines. Nous avons reçu une notification pour que notre institution soit appuyé’’, a fait part le Directeur général qui salue aussi la volonté de l’Assemblée nationale qui est venue s’imprégner de la situation.

Pour que l’institut soit plus performant, l’Etat devra davantage soutenir la recherche agricole en termes de moyens financiers. Il existe une agro-écologie qui justifie la présence de l’ISRA sur certaines localités.

‘’C’est une préoccupation locale parce qu’il y a des agriculteurs qui ne produisent que s’il ya décrue ? C’est la raison pour laquelle, la recherche doit être présente sur les lieux’’, a soutenu M. Diouf.

Pour lui, le problème de l’agriculture sénégalaise reste l’investissement. ‘’La matière première est là certes, mais les autres acteurs doivent aussi jouer leur partition’’, a-t-il estimé.

PARTAGER