Modern technology gives us many things.

Libye: un agent des services de sécurité de Kadhafi tué à Derna

kaddafi 1Un ex-agent des services de sécurité du régime déchu de Mouammar Kadhafi a été tué samedi soir à Derna, ville de l’extrême est de la Libye en proie à des violences, a indiqué à l’AFP un responsable de la sécurité.

« Des inconnus ont ouvert le feu sur Fares al-Zarrouk, ancien agent des services de la sécurité interne sous le régime de Kadhafi », a indiqué ce responsable sous le couvert de l’anonymat, affirmant que la victime était morte sur le coup.

Selon cette source, les assaillants ont « tiré sur la victime avec des fusils automatiques en plein centre-ville, dans une rue animée, avant de prendre la fuite ».

La ville de Derna est le théâtre depuis plusieurs jours d’une série d’attaques et d’assassinats ciblant aussi bien des juges que des dirigeants de tribus ou des policiers et des militaires.

Dernier incident en date, un universitaire irakien a disparu samedi à Derna, a indiqué à l’AFP un responsable local, ajoutant que cette disparition « s’apparente à un enlèvement ».

« La famille du professeur Khaled Hamid Heidar a perdu tout contact avec lui samedi après-midi », a précisé cette source en expliquant que « tous les professeurs irakiens exerçant dans la ville sont partis de crainte de subir le même sort ».

Cet enlèvement serait une réaction à l’exécution la semaine dernière par les autorités irakiennes d’un Libyen condamné à mort.

Plusieurs Libyens sont détenus dans les prisons irakiennes, dont un autre condamné à mort qui doit être exécuté prochainement.

Le président du comité de suivi des prisonniers libyens à l’étranger, Sleimane Fortia, a néanmoins estimé qu’il n’y avait « aucun lien entre la disparition du professeur irakien et l’affaire des détenus libyens dans ce pays ».

Il a déploré le manque d’intérêt porté par le gouvernement libyen aux prisonniers en Irak, affirmant que sur neuf Libyens détenus, deux ont été élargis mais n’ont pu regagner le pays faute d’intervention des autorités libyennes.

Il n’existe pratiquement plus de forces de sécurité dans la ville de Derna en raison de la présence de groupes d’extrémistes islamistes qui liquident physiquement tous ceux qui appartiennent aux organes de sécurité.

Les commentaires sont fermés.