Modern technology gives us many things.

Libye: rencontre au sommet des plus grands groupes terroristes

aqmi islamistes terroristesLe journal allemand Welt am Sonntag révèle que des groupes terroristes libyen, égyptien, tunisien et algérien, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique se sont réunis en septembre pour une rencontre au sommet, en Libye. Les plus grandes organisations terroristes du nord de l’Afrique planifiant leur coopération. C’est le scénario d’une rencontre qui s’est déroulé en Libye au mois de septembre, selon les révélations du Welt am Sonntag. Des groupes jihadistes libyen, marocain, égyptien et tunisien ont rencontré des représentants algériens d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Front Al-Nosra syrien, en septembre à Benghazi (est de la Libye), affirme dimanche le journal allemand.

La conférence secrète aurait duré trois jours se serait tenue dans une des places fortes de l’organisation salafiste, la ville de Benghazi, précise Welt am Sonntag, sans citer de sources. Parmi les principaux intervenants figurait le responsable de la branche tunisienne d’Ansar Asharia, Abou Iyadh, recherché notamment pour l’attaque contre l’ambassade américaine à Tunis en septembre 2012, écrit encore le quotidien dominical. “Au cours de cette rencontre, il aurait été question d’une nouvelle stratégie régionale, notamment de la lutte contre le gouvernement tunisien et du récent afflux de combattants jihadistes étrangers en Syrie”, complète-t-il.

Profitant du vide sécuritaire après la chute de Mouammar Kadhafi, Ansar Asharia fait la loi en particulier dans l’est de la Libye, où il contrôle des quartiers de Benghazi, Syrte et Derna, selon des sources locales. Les attaques dans l’Est libyen, comme celle du 11 septembre 2012 contre le consulat américain à Benghazi, qui a coûté la vie à l’ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains, sont souvent attribuées à des groupes islamistes, dont Ansar Asharia, par des experts libyens et étrangers. Les autorités n’osent pas toutefois accuser directement ces groupes lourdement armés, par crainte de représailles, selon ces experts. Récemment, Ansar Asharia a indiqué dans un communiqué qu’il ne reconnaissait pas les institutions de l’État ni ses services de sécurité, les qualifiant d’apostat et de “Taghout” (forces maléfiques au service de la tyrannie).

Les commentaires sont fermés.