kadhafi piétinéDates-clés de la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, pays en proie à une insécurité et une instabilité croissantes.

–2011–

– 23 oct: Le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la « libération » du pays, trois jours après la mort de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 1969, tué dans le dernier assaut contre sa région d’origine, Syrte.

La proclamation officielle de la fin de l’ère Kadhafi, à Benghazi (est) où avait débuté à la mi-février un soulèvement contre le régime, est saluée notamment par la France et la Grande-Bretagne, fers de lance d’une coalition internationale intervenue pour mettre un terme à la répression sanglante de la contestation. Le conflit a fait, selon le CNT, plus de 30.000 morts en huit mois.

– 19 nov: Arrestation dans le Sud du fils le plus en vue de Kadhafi, Seif al-Islam, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité. Son procès s’est ouvert en Libye en janvier 2013.

–2012–

– 8 mai: Les autorités délogent par la force des ex-rebelles ayant pris d’assaut le siège du gouvernement à Tripoli pour réclamer des primes. Le 4 juin, une milice prend d’assaut l’aéroport de Tripoli, bloquant quelques heures le trafic aérien.

– juin: Plus d’une centaine de morts et 500 blessés en une semaine de violences tribales au sud-ouest de Tripoli. De nombreux affrontements tribaux ont eu lieu dans le pays, notamment à Koufra en février (une centaine de morts).

– 7 juil: Les Libyens se rendent aux urnes pour la première fois pour élire une Assemblée nationale, le Congrès général national (CGN). Une coalition de petits partis libéraux obtient 39 sièges sur les 80 réservés à des partis politiques, alors que le Parti de la justice et de la construction (PJC), issu des Frères musulmans, est la 2e formation. 120 sièges ont été attribués à des indépendants.

Le 8 août, le CNT remet les pouvoirs à la nouvelle Assemblée, présidée par Mohamed al-Megaryef.

– 11 sept: Attaque contre le consulat américain à Benghazi: quatre Américains tués, dont l’ambassadeur Chris Stevens.

– 14 oct: Ali Zeidan, un ex-opposant au régime de Kadhafi, est élu nouveau Premier ministre.

–2013–

– 28 mai: Démission du président de l’Assemblée nationale Mohamed Megaryef après l’adoption d’une loi bannissant de la vie politique les collaborateurs de l’ex-régime. Nouri Bousahmein, un indépendant d’origine amazighe, le remplace en juin.

– 8 juin: Une trentaine de morts dans des affrontements à Benghazi entre ex-rebelles et manifestants.

– 5 oct: Capture à Tripoli d’un responsable d’Al-Qaïda, Abou Anas al-Libi, par un commando américain. L’opération embarrasse les autorités et provoque la colère de groupes d’ex-rebelles et de partis politiques.

– 10 oct: Ali Zeidan est « enlevé » pendant quelques heures par un groupe d’ex-rebelles affirmant agir sur ordre du parquet. Depuis la chute de l’ex-régime, les autorités de transition ne parviennent pas à former une police et une armée régulières et les ex-rebelles, réunis en milices armées, comblent le vide en matière de sécurité.

– 18 oct: Le chef de la police militaire est tué par balles à Benghazi, théâtre quotidien d’attaques et d’assassinats contre l’armée et la police. Des représentations diplomatiques et des intérêts occidentaux ont été également visés par des attentats ces deux dernières années.

PARTAGER