diagola’Aladji ne sait pas qu’il est diabétique après les résultats de l’analyse du labo. N’ayant pas d’argent pour aller voir son médecin, il décide d’attendre la fin du mois. Alors qu’il lui reste trois jours pour tomber dans le coma et qu’il serait difficile à le réveiller, c’est à cette période qu’il demande à son épouse d’aller vacciner leur enfant chez leur médecin personnel. Ce dernier n’ayant pas son contact direct en a profité pour informer sa femme du danger que son mari encoure. Alors qu’il est sur les lieux de son travail, Aladji reçoit un coup de téléphone alarmant de son médecin lui enjoignant de se rendre sur-le-champ à l’hôpital… Et c’est encore grâce à Dieu et à la sollicitude de sa femme qu’il pourra être sauvé. Ce récit est le témoignage de cette hospitalisation. Entre les peurs, les doutes, mais aussi l’espoir, l’auteur raconte avec lucidité la découverte de sa maladie. Et l’on est touché par ce texte plein d’authenticité et émouvant qui nous fait partager le quotidien d’un patient pas comme les autres…’’

Natif du village de Moudéry au Sénégal, El Hadji Diagola a été correspondant à Paris de l’agence de presse sénégalaise et de plusieurs quotidiens Sénégalais. Journaliste sénégalais indépendant, il a fait partie de ces figures montantes de la Presse africaine. Auteur de plusieurs ouvrages dont Pour le meilleur de la paix, Merci, les femmes !, Un noir à l’Élysée, Un célibataire à l’Élysée et Un président fou, El Hadji Diagola veut inscrire son combat dans l’émergence d’un monde de paix. Très respecté, l’écrivain jouit d’une bonne réputation de planificateur et de défenseur des Droits de l’Homme. Comme en témoignent ses ouvrages, cet auteur se bat pour des causes justes et prend la défense des civilisations bafouées.

PARTAGER