latif aïdaraAu Symposium International de Johannesburg organisé par l’Institut pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA), la démocratie Sénégalaise a été encore une fois magnifiée. 
Evoquant le Sénégal, Mr Rayla Odinga, ancien Premier Ministre Kenyan l’a qualifié «de grand pays et d’une grande démocratie ». 

Ils ont été confortés  dans leurs convictions par la pertinente communication de Mr Latif Aïdara Expert consultant, complété par Mme Nicole Gakou présidente des femmes de l’UCS.

Tous les panélistes ont  salué les alliances politiques au Sénégal. Toutefois, ils n’ont pas manqué de déplorer la pollution de l’espace public par des Organisations politiques ou de la Société civile dont les préoccupations se démarquent de celles des populations.

La politique par définition, par nécessité par opportunisme, par opportunité  a été passée au peigne fin et tous ont pris le Sénégal comme un véritable cas d’école en Afrique.

La délimitation des champs d’action entre politiques et Société civile, la codification des Alliances et Coalitions qui ne sont pas réglementées au Sénégal, la législation sur la transhumance ont été les plus fortes recommandations faites lors de cette rencontre internationale. 

Le Consultant Latif Aïdara a déploré la floraison de partis politique (plus de 100 formations politique pour une population estimée à 12 millions, 5 millions d’électeurs inscrits et 1.500.000 votants lors de la dernière élection présidentielle de mars 2012) et Organisations, sans programmes  de gouvernement, mais qui gangrènent les grands partis et polluent l’espace politique au Sénégal.

A cet effet, Aïdara a prédit une bipolarisation de la vie politique au Sénégal  sous peu avec un camp de l’Opposition en gestation et une forte coalition d’organisations autour du Président de la République. Des élections sans mort d’homme et sans contestation, comme cela se fait dans les grandes démocraties à l’instar des Usa et de la France, constituent le seul horizon  pour la démocratie sénégalaise. «Nos références ne sont ni les pays qui  n’arrivent pas à organiser des élections libres et démocratiques, ni ceux qui font plus que les 22 morts lors des élections de 2012 » a-t-il conclu.

 

PARTAGER