Modern technology gives us many things.

Lettres croisées (par Souleymane Anta Ndiaye, initiateur du Pôle de Jonction)

macky 9Monsieur le Président de la République,
Vous avez été au cours de votre brillante carrière militante, victime d’une injustice gratuite et Dieu qui est Miséricorde, a soigné votre mal et guéri vos souffrances personnelles, provoquées alors par quelques membres égarés de votre ex famille politique.
Aujourd’hui, vous êtes bien le Chef de l’Etat du Sénégal et votre
bonne volonté et votre ambition pour ce pays sont un secret de
polichinelle. Il vous reste juste pour compléter la mise, la «lumière du berger» et le « bâton du patriarche », pour parler comme les authentiques éclaireurs  des  chemins célestes. Je m’explique.
Je suis de ces « enfants de Wade » qui ont vu naître la Coordination
des Cadres puis grandir la Cellule Initiatives et Stratégies (CIS),
redoutables instruments d’accompagnement  dont vous avez été l’un des plus utiles dirigeants et animateurs écoutés.
Je vis aujourd’hui la même équation qui agite la conscience de ceux
qui ont fait un chemin avec vous mais qui sont restés avec Maître
Abdoulaye Wade jusqu’au soir du 25 mars 2012. Cette équation n’est pas forcément le produit d’une quelconque envie de survivre au changement de régime intervenu ou la manifestation d’un désir de tourner casaque juste pour jouir du pouvoir. Dans l’atmosphère ambiante des querelles interminables et très souvent incongrues et très loin des préoccupations tangibles des populations, beaucoup seront tentés de penser le contraire et ne manqueront certainement pas de réagir négativement à cette opinion que j’exprime ici avec la meilleure des intentions et le plus grand respect pour tous.
Non, cette équation du choix d’un engagement définitif à vos côtés est réelle, de la part de beaucoup de vos anciens frères de parti. Mais le phénomène de la transhumance théorisé notamment par des patrons de presse et des acteurs de la scène politique sénégalaise casés pour la plupart aujourd’hui à la Présidence, dans le gouvernement ou ailleurs dans d’autres institutions de la République, mal interprété, peut freiner l’arrivée en masse d’éléments compétents et amoureux du Sénégal : je veux désigner comme j’ai eu à le faire par le passé (la répétition n’est-elle pas pédagogique ?) les centaines de cadres militants de base et leaders charismatiques de votre ancienne formation qui seraient prêts à mettre leur expérience à votre service, à celui de la patrie ! Oui, La transhumance politique a été une tâche noire dans le bilan de votre prédécesseur.

Seulement, il est impérieux de faire le départ entre ce que nous avons connu par le passé et qui se distingue de ce qui pourrait s’appeler « retrouvailles de la famille libérale ». Les anciens du PDS qui ne vous ont jamais fait du mal (pour parler simple) et qui n’ont jamais cautionné votre départ ni souhaité la séparation (Dieu sait qu’ils font légion) mais qui n’avaient pas la force et peut-être aussi, les moyens d’exprimer leur
désarroi, en vous rejoignant aujourd’hui, ne feraient pas de la
transhumance. Le débat peut se tenir à ce propos.
En réalité, au regard des départs enregistrés ces derniers temps et
d’autres éventuels annoncés, nous pouvons, comme nous le croyons
fermement, affirmer que le Sénégal et vous-même, Monsieur le Président
de la République, courrez (courrons plutôt !) le risque d’être les
otages d’une vieille élite, dépassée, hétéroclite, sans réel
dénominateur idéologique commun ni ambition et vision programmatiques clairement définies. La plupart d’entre eux auraient dû par élégance et dans la dignité, quitter les arcanes de la politique et se
consacrer à d’autres activités moins aléatoires tout en restant de
fervents serviteurs de la Nation. Le « yoonu yokkute » que les
Sénégalais ont accepté en vous élisant parmi une dizaine d’autres
propositions, est le fruit du travail du candidat que vous avez été,
soutenu par une équipe dont beaucoup sont restés en rade, victimes de
la loi des quotas à l’origine d’innombrables impairs bloquants,
idéologiques et de l’ordre de l’affectif, entre autres…
L’idée émise à ce propos, depuis Versailles, par votre prédécesseur
sur  l’utilité d’un débat autour de la question des regroupements par
affiliation idéologique, escamoté par la classe politique, pouvait
pourtant clarifier et aider à aérer un espace pollué par une course
anarchique où les invectives et le principe du « ôte-toi- que- je-
m’y- mette » brouillent, plus que jamais, toutes les pistes.
Monsieur le Président de la République,
En lançant (pour la énième fois) un appel à tous les patriotes à
s’unir autour de l’essentiel et à se retrousser les manches pour faire
de notre pays une terre où il fait bon vivre, vous avez
involontairement réveillé l’instinct séparatiste de tous « ceux qui
pensent d’abord à eux-mêmes avant de penser au pays ». Ces derniers
aussi font légion. A ce propos, la démission d’un ancien ministre du
commerce a été un signal fort sur la valeur réelle des rapports qui
vous lient à vos partenaires stratégiques du second tour de l’élection
présidentielle. L’attitude antirépublicaine de ministres non
reconduits se déclarant heureux d’avoir retrouvé leur liberté et
tutti-quanti, de même que le déballage « urgent » auquel se livrent
d’ex proches collaborateurs, en disent long aussi sur les dangers qui
pèsent sur vous et sur les fondements sacrés de l’Etat par le fait
d’un « casting du quota ». C’est heureux que ces personnes vous
quittent, mais vous devez aussi, sans remord ni regret et avec
autorité, ouvrir les portes à vos anciens frères de parti prêts à
faire triompher les idéaux de 2000. Cette « flamme de l’espoir» ne
devrait pas s’éteindre !  L’héritage que vous partagez avec eux est un
patrimoine national. Maître Abdoulaye Wade est celui qui vous a «
lancé » à la face du Monde. Je devrais vous signaler en passant, qu’il
ne mérite pas le traitement humiliant qu’une « main invisible » lui
inflige sans répit depuis son départ du pouvoir. Vous êtes en mesure
d’arrêter cette main qui demain, n’hésitera, un seul instant, si vous
n’y prenez garde, à vous vouer aux gémonies pour satisfaire sa soif de
malfaisance (ou de maltraitance c’est selon). La « pacification » de
vos rapports avec votre prédécesseur devrait figurer parmi les
supports de votre appel, car au-delà de sa personne, vous toucherez
les nombreux Sénégalais qui n’ont rien contre vous et dont certains
d’entre eux vous ont même offert leur voix mais qui ne manquent jamais
d’exprimer leur respect à son endroit à chaque fois que son nom est
évoqué en bien ou en mal. Pressez- vous de poser l’acte de
réconciliation avec le « père » que des millions de Sénégalais aphones
attendent de leur vœu. Ne suivez pas la minorité qui inonde les médias
de ses diatribes lassantes,  Monsieur le Président ! Ne suivez pas les
sirènes de la discorde ! Il est encore temps de se ressaisir … Des
amis superstitieux (comme moi du reste) pensent même que s’il y a
persistance de certaines inconvenances, c’est parce que vous ne vous
êtes pas bien occupé de votre prédécesseur. Ce dernier a eu beaucoup
d’égards à l’endroit de Diouf qui pourtant, lui en a fait voir de
toutes les couleurs ! En France, tout s’est retourné contre Sarkozy
qui a voulu humilier le « taureau » Chirac… Comparaison n’est pas
raison mais tout de même !
Au Président Wade, je demanderais très respectueusement de prendre
enfin un repos mérité après avoir tout donné au Sénégal et à l’Afrique
en transmettant le flambeau du combat politique au plan national à un
héritier désigné de commun accord avec les instances du PDS. Un tel
évènement, urgent à mon humble avis, permettrait, sans nul doute, de
relancer la machine de ce parti combatif par le maintien à son sein
des éléments qui le désirent et le départ de tous ceux qui estiment
pouvoir se rallier au frère Macky Sall ou aller voir ailleurs.
L’héritage politique de Wade est énorme ! Son éclatement en
différentes chapelles ne devrait étonner personne. L’APR étant
génétiquement issu de ses flancs, je ne vois pas pourquoi ce parti ne
devrait pas aujourd’hui bénéficier des apports fécondants d’éléments
venus du PDS ou d’anciens proches (au sens large) du Président Wade.
Avec une bonne lecture du passé, un nouveau parti pourrait naître de
la convergence des valeurs libérales et patriotiques. Il faudra juste
imposer à tous les compagnons choisis pour vous accompagner dans la
noble mission de construction nationale, d’éviter l’arrogance, la
guerre des égos, l’individualisme feutré, le culte malsain et
profondément désolant du mensonge et de la délation, le trafic
d’influence, la tromperie érigée en règle de conduite, la méchanceté,
la jalousie, la cupidité, la manipulation, les médisances etc.
Et dans un élan unitaire sur les questions de souveraineté et de
sécurité nationale, je verrais bien la classe politique de notre pays
se scinder en chapelles fières de leurs références idéologiques et
aller à l’assaut du pouvoir dans l’unique but de développer le Sénégal
et de le hisser au rang des Etats qui permettent à leurs citoyens de
vivre décemment dans un cadre agréable… Avec deux mandats le challenge n’est pas une utopie. Je suis prêt à franchir le pas et vous
accompagner dans cette tâche que l’ingénieur en chef, le Président de
tous les Sénégalais que vous êtes devenu par la grâce divine, peut
bien réussir. Il suffit pour cela de prendre le « bâton du Patriarche
» et d’en faire bon usage. Pressez-vous en attendant de penser à
Maître Abdoulaye Wade ! Faites-en par exemple votre représentant dans
les médiations internationales pour la paix ! Le Monde retiendra aussi
de vous ce que vous aurez fait de lui. Demain le peuple décidera comme
il l’a déjà fait en mars 2012.
Avec mes souhaits de réussite.
Que Dieu vous protège ! Que Dieu protège le Sénégal !         

Par Souleymane Anta Ndiaye, initiateur du Pôle de Jonction

Paris, le 18 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.