Modern technology gives us many things.

Lettre ouverte au Procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite

procureur crei 2Mon propos n’est pas de jeter le discrédit sur une institution que vous représentez et qui répond au nom de la plus sublime des idées: Justice. Il n’est pas de clouer au pilori notre système judiciaire qui est l’un des piliers essentiels de notre démocratie.

Mon propos n’est pas de lapider la magistrature sénégalaise dont l’écrasante majorité des juges qui la composent se bat quotidiennement pour rendre la justice plus juste. Il n’est pas de juger la justice sénégalaise ou de contribuer à l’affaiblissement de son autorité.

Mon propos n’est pas de me prononcer sur un dossier dont l’instruction est en cours. Il n’est pas de ternir le blason de tous ces vaillants juges qui, dans le secret de leurs bureaux et loin des effluves médiatiques dakaroises, traquent la forfaiture sans autre arrière pensée que le droit.

Mon propos s’adresse au haut, et même très haut magistrat que vous êtes, dont la mission première est de protéger les droits fondamentaux du citoyen sénégalais. Mais il s’adresse surtout au Procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), pour dire à quel point il monte dans l’opinion, le sentiment que l’instruction du dossier communément appelé  «traque des biens mal acquis,» s’est déplacée du terrain judiciaire vers celui du règlement de comptes politique. Et je puis vous dire toute ma certitude d’exprimer le point de vue d’une grande majorité de sénégalais, loin de toute considération politique partisane.

Traque d’une vérité judiciaire ou traque d’un homme?

La deuxième mise en demeure servie à M. Karim Wade dont l’un des avocats, Me Amadou Sall conteste vigoureusement la légalité, constitue aux yeux d’une large frange de l’opinion, le signe d’un acharnement contre un homme que l’on voudrait par tous les moyens, maintenir en état de siège judiciaire permanent. Un autre avocat, Me Assane Dioma Ndiaye, partisan pourtant déclaré de la répression tout enrichissement illicite, a jugé «extrêmement grave, le fractionnement des poursuites contre M. Karim Wade.» Il assimile cette deuxième mise en demeure à «une torture morale» et avertit que «si la justice persiste dans cette voie, les sénégalais se rendront à l’évidence que ces procédures sont foncièrement attentatoires à la dignité et à la liberté humaine.» Il ne croyait certainement pas si bien dire car les sénégalais se sont déjà rendus à l’évidence que la CREI, dans sa traque des biens qui seraient mal acquis, s’est lourdement, toute seule et depuis longtemps, embourbée dans la vacuité confondante de ses argumentations. Pire encore, les sénégalais se sont rendus à l’évidence que ce n’est plus une vérité judiciaire qui est traquée, mais c’est un homme qui est harcelé: Karim Wade. Comme s’il fallait à tout prix, telle une médaille, accrocher sa culpabilité au tableau de chasse d’une vindicte présidentielle.

Code pénal contre calendrier électoral

Ce qui se passe sous nos yeux a les relents d’une «machination» contre un patronyme : Wade.    Ce qui se joue sous nos yeux par justice interposée est avant tout un duel sans merci entre deux hommes: Karim Wade et Macky Sall, dans la perspective de la présidentielle de 2017. Dans ce match politico-judiciaire, une immense majorité de sénégalais soupçonnent l’arbitre de porter le même maillot que l’une des équipes, mais ils le suspectent surtout, d’avoir troqué son code pénal de sifflet contre un calendrier électoral. C’est dire que la gestion plus que hasardeuse de l’affaire dite des biens mal acquis à fini d’installer le doute sur la neutralité d’une justice qui en est réduite à racler ses fonds d’artifices juridiques, pour maintenir Karim Wade en prison. Le plus longtemps possible.

Aujourd’hui, celui que de plus en plus de sénégalais considèrent déjà comme un probable futur challenger du Président Sall, est perçu comme la victime d’un système qui, à défaut de pouvoir et  de manière irréfutable prouver sa culpabilité, veut le condamner à la peine capitale politique. Le Sénégal est une grande démocratie. Notre pays mérite mieux que le spectacle qu’il lui est donné de vivre et qui pourrait autoriser ses citoyens à penser que dans le «dossier Karim Wade,» la justice est rendue sous le haut patronage d’un Président de la République, et non au nom du peuple sénégalais. Et lorsqu’une justice est à ce point instrumentalisée, c’est l’état de droit qui est piétiné.

Sacrifié sur l’autel des désirs de réélection d’un Président?

Aucune promotion, aucun privilège, aucun strapontin ou maroquin, ne saurait justifier que l’on sacrifie la liberté d’un homme sur l’autel des seuls désirs de réélection d’un autre. Mais heureusement qu’il existe encore dans notre pays, des esprits libres et courageux qui n’ont d’autre passion que celle du droit, une certaine société civile et des journalistes qui ne sont les auxiliaires que de leur propre conscience, pour dénoncer les tentatives de confiscation de la justice par le pouvoir politique. Si un vent de mobilisation commence à souffler à travers le pays pour soutenir «Karim», si le détenu Wade est entrain de se rallier les faveurs de l’opinion, c’est parce que le principe d’équité qui est le fondement de toute justice, est aujourd’hui rudement malmené.

M. Karim Wade est un homme politique, mais il est avant tout un citoyen, donc justiciable comme le sont les treize millions cinq cent soixante sept mille trois cent trente huit autres sénégalais (13 567 338: estimation en 2013). Aucun traitement de faveur ne doit lui être accordé. Il n’en demanderait certainement pas tant. Mais faudrait-il qu’il en soit ainsi pour tous les hommes et les femmes de notre pays. Sauf qu’en réalité, que constatons nous? Que seuls ceux qui ne constituent pas une menace sérieuse et directe au pouvoir du Président Sall, échappent aujourd’hui à l’œil du cyclone politico-judiciaire.

Servir la justice et non s’en servir.

Si la loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur, la justice doit aussi passer dans toute son impartialité et sa neutralité. Mon propos n’est nullement de me lancer dans un plaidoyer d’absolution de M. Karim Wade, mais juste de défendre un homme qui est présumé innocent. De défendre un homme qui avait un profond respect pour les fonctions qu’il occupait et exerçait avec la vision, la détermination et l’autorité d’un homme d’état. De défendre un homme devenu la cible obsessionnelle d’un pouvoir mal en point. Si mal en point que son pronostic vital politique parait aujourd’hui sérieusement engagé.

Monsieur le Procureur spécial, la balance qui est le symbole de toutes les justices, représente l’équilibre qui devrait aussi être celui des juges chargés de traquer tous les biens, mais alors TOUS les biens, supposés ou réellement mal acquis. De leur magistrature, les sénégalais attendent qu’elle serve la justice et non qu’elle s’en serve. La nuit peut durer longtemps mais le jour finit toujours par se lever. Le «dossier Karim Wade» est une formidable occasion qui s’offre aux Juges du Sénégal de démontrer que, quels que soient sa couleur politique, son ascendance, son statut social, sa religion ou sa confrérie, l’impartialité de notre justice n’est pas juste une simple illusion. Je suis peut être idiot, mais il y a des moments où je me surprends à penser vivre dans un État de droit: j’ai nommé le SÉNÉGAL.

Malick Sy

Journaliste – Tambacounda

Les commentaires sont fermés.