enamLettre ouverte à Monsieur le Directeur général de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA)

Monsieur le Directeur général,
Les sénégalais se seraient- ils battus contre l’impunité et l’arrogance des Wade pour rien ?
En effet, M. le DG vous venez de servir une lettre de licenciement et un préavis de licenciement à dix-neuf (19) agents en plus de trois (03) autres agents que vous avez déjà remis à la disposition de la fonction publique et qui avaient signé des contrats à durée indéterminée.
Pire, M. Cheikh Awa Balla FALL, puisque c’est de vous qu’il s’agit, vous refusez de réceptionner toute lettre venant de ces agents et ayant trait à leur décision de licenciement pour motif économique.
Ce mercredi, un agent voulant plus de précision sur la lettre signée, par ordre et pour le Dg, par votre DAAF, Sada Mamadou SY, et lui notifiant à la fois un licenciement et un préavis, vous vous êtes emporté et lui avez refusé le droit de s’adresser à vous par correspondance.
M. le Dg depuis quand les agents n’ont plus le droit de s’adresser à leur supérieur par correspondance ?
Non content de cela vous ordonnez à votre DAAF d’expulser l’agent « incriminé » de son bureau ou vous appelez la police. Où vous croyez vous M. le Dg ?
M. le Directeur général, vous contredisez le Président de la République !!!
Dans votre lettre de licenciement, vous évoquez le motif économique. Par cet argument, vous CONTREDISEZ le président de la république qui a déclaré, devant les sénégalais à l’occasion de son « ndogou » avec la presse que le Sénégal n’a jamais été aussi « liquide » !!!
Comment donc M. le Dg, un établissement public dont l’Etat couvre 80 pour cent de son budget peut il alors souffrir de problèmes financiers au point de licencier pour motif économique au moment où l’Etat est plus que jamais « liquide »?
M. le Dg vous vous opposez à la politique de son Excellence M. Macky Sall : quand le président initie une politique d’emploi des jeunes, vous vous en retirez de l’emploi à des jeunes, et maintenez des retraités à leur poste.
Cheikh si vous le permettez, vous n’avez pas de vision pour l’ENA !!!
Dans les postes à supprimer pour motif économique, vous vous proposez de supprimer les postes de chef de division, de chef de bureau, de Documentaliste …….
Comment une école peut elle se passer de ces postes ?
Halte Cheikh !!! Vous torpillez le code du travail.
Rien de la procédure de licenciement pour motif économique prescrite dans le code du travail sénégalais n’a été respecté par votre DAAF qui de surcroit et est un juriste de formation et vous-même, donneur d’ordre.
Est-il admissible qu’à l’ENA, où sont formés les contrôleurs et inspecteurs du travail, le droit des travailleurs y soit piétiné? Que les procédures administratives y soient bafouées, le code du travail y soit violé.
Est-ce cela votre vision pour l’ENA ?
Ou est-ce la vision du chef de l’Etat de qui vous tenez votre mandat ?
Mr le Dg, l’argument de motif économique ne tient pas. Sinon pourquoi avez-vous proposé l’augmentation de votre salaire dés votre arrivée à quatre (4) millions, en classant l’ENA à la catégorie 2 des agences vous donnant à vous seul tous les avantages qui vont avec et pas aux autres directeurs et agents de l’école.
Pour ainsi dire M. le Dg vous avez créé deux ENA : une ENA classée à la catégorie 2 des agences pour vous et une autre classée à la catégorie 3 pour les autres agents et directeurs.
M. le Dg, dans votre choix de réorganisation, vous avez licencié des agents diplômés et maintenu des agents de service qui ne disposent même pas de poste dans l’organisation de l’ENA.
Qu’est-ce-qui a motivé votre choix si ce n’est juste de l’acharnement ?
Ah oui, j’oublie de préciser que les agents qui sont maintenus sont des proches d’Abdoulaye Camara ancien directeur général de l’ENA qui est apparemment votre conseiller de choix et de votre secrétaire particulière.
M. le Dg, les sénégalais ont tourné le dos au régime de Wade en partie pour l’arrogance, l’impunité, l’injuste, et la politique du « Coumba aam ndeye » et du «Coumba amoul ndeye » qui le caractérisaient.
Si le peuple sénégalais est venu à bout de ce vieux monstre politique pour le respect des principes d’un Etat de droit, il n’acceptera pas que sa lutte soit vaine.
Par ces actes, M. le Dg, vous trahissez, vous et les Dg comme vous, la confiance du chef de l’Etat et brisez tout le respect et l’espoir que le peuple lui porte encore.
M. le Dg, nous opposerons à votre arrogance, la retenue ; à votre diaay doolé, la justice de notre pays ; à votre acharnement ridicule la résistance.
Respectueusement votre !!!

Abou Amar

PARTAGER