Modern technology gives us many things.

L’Etat prévoit 100.000 doses de vaccin contre la fièvre de la vallée du Rift (officiel)

vaccination 2Le ministère de l’Elevage et des Productions animales a prévu, en 2014, d’acquérir 100.000 doses de vaccin contre la fièvre de la vallée du Rift (FVR) notamment dans les zones à risque, a annoncé lundi à Dakar, Dr Baba Sall, chef de la division de la protection zoo-sanitaire à la direction des services vétérinaires.

‘’Dans le budget de 2014 du ministère de l’Elevage, il y a une ligne qui prévoit l’acquisition de vaccins contre la maladie pour pouvoir la prochaine saison des pluies procéder à une vaccination sélective dans les zones à risque’’, a-t-il indiqué.

Le docteur Sall s’exprimait en marge de l’ouverture des travaux de l’atelier de formation sur la capture et l’identification des moustiques vecteurs de la fièvre de la vallée du Rift qui se tient dans les locaux de l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA).

L’atelier prévu jusqu’au 28 novembre prochain réunit des participants en provenance du Sénégal, du Mali, de la Mauritanie, de l’Algérie, du Maroc et la Tunisie. Ils effectueront une visite à Ross Béthio (Nord du Sénégal).

‘’Depuis quelques années, nous assistons à un changement climatique avec de fortes précipitations. Ces précipitations favorables à notre agriculture, le sont tout aussi à la multiplication des moustiques d’où la recrudescence des foyers de fièvre de la vallée du Rift’’, a pour sa part, expliqué Dr Emile Victor Coly, directeur de recherche à l’ISRA.

Il a soutenu que ‘’le foyer de FVR détectée chez les gazelles doras dans une réserve du Nord du Sénégal en septembre (dernier) et qui s’est signalée dans les régions de Saint-Louis, de Dakar et de Thiès est une illustration parfaite de la menace’’.

Selon lui, ces évènements épidémiologiques révèlent, ‘’une fois de plus, la persistance de la circulation du virus dans la région et la nécessité d’une surveillance plus accrue de la maladie associée à une action de contrôle par la vaccination des ruminants domestiques contre la maladie’’.

‘’Cependant, a-t-il fait remarquer, la surveillance basée uniquement sur le suivi sérologiques des troupeaux sentinelle s’avère insuffisante pour fournir toutes les informations utiles pour une surveillance et une détection plus précoce du risque de circulation du virus’’.

 

Les commentaires sont fermés.