Modern technology gives us many things.

L’espion russe retrouvé mort, enfermé nu dans un sac cadenassé : une affaire résolue

espion russe dcdNovembre 2006. Le scénario est celui d’un film d’espionnage : Alexandre Litvinenko (photo), agent russe retourné par le MI6 britannique, meurt à 43 ans après avoir été empoisonné au polonium 210, substance hautement radioactive versée dans sa tasse de thé.

En ce mois de novembre 2013, la police anglaise déclare que la mort de Gareth Williams, agent du MI6 retrouvé mort, nu dans un sac de sport, est probablement accidentelle.

L’histoire, surprenante, nous rappelle que les espions ne vivent pas tous des morts d’espion (voiture trafiquée, meurtre déguisé en suicide, chaise électrique). Parfois, et c’est souvent difficile à admettre, ils meurent de façon bête ou commune. La preuve en quatre histoires.

L’agent du MI6, dont le décès avait déconcerté les autorités, serait probablement mort par accident, a donc déclaré la police ce jeudi 28 novembre.

Le 23 août 2010, Williams, 31 ans, avait été retrouvé mort, enfermé nu dans un sac de sport cadenassé, déposé dans la baignoire d’un appartement londonien. Les clés du sac étaient à l’intérieur, sous le corps de la victime. Aucune empreinte digitale n’avait été trouvée.

En mai 2012 et après plusieurs mois d’enquête, les circonstances de la mort de l’espion restaient inconnues. Mais Fiona Wilcox, le coroner (celui qui prend en charge l’enquête publique), avait déclaré, « après avoir évalué toutes les probabilités », être « convaincue que Gareth a été tué ».

Claustrophilie

A l’époque, sa vie avait été disséquée, montrant l’intérêt supposé de l’espion pour le sadomasochisme (et des pratiques claustrophiles). Mais ces informations avaient été laissées de côté par la police.

Il est resté discret sur ses motivations, mais le responsable de la police britannique, Martin Hewitt, pense désormais que l’espion est entré dans le sac tout seul. Il a déclaré :

« Il est maintenant prouvé [un expert a fait l’expérience, ndlr] qu’il est théoriquement possible pour une personne de s’enfermer elle-même dans ce sac, avec le même type de cadenas. »

Malgré tout, cette mort reste mystérieuse.Aucune trace ADN n’a été retrouvée sur le cadenas du sac, aucune empreinte digitale sur la baignoire.

Les commentaires sont fermés.