Modern technology gives us many things.

L’espion de Kadhafi demande à être jugé à la CPI

espion kadhafiLA HAYE, 18 octobre 2013 (AFP) – La défense de l’ancien espion en chef de Mouammar Kadhafi, Abdallah al-Senoussi (photo lors de son arrestation), a interjeté appel du feu vert de la Cour pénale internationale (CPI) à la Libye pour juger celui-ci et a demandé que son procès se tienne à La Haye, où siège la cour. « La Libye n’a pas la capacité ni la volonté de tenir un procès équitable contre M. al-Senoussi et la chambre s’est trompée en concluant que l’affaire était inadmissible devant la Cour », a déclaré l’avocat d’Abdallah al-Senoussi, Ben Emmerson, dans un document rendu public. Les juges de la CPI avaient donné vendredi leur feu vert à la Libye pour juger M. Senoussi, une première historique pour la Cour, estimant que les procédures actuelles dans le pays rendaient celles de La Haye inadmissibles. Le traité fondateur de la CPI, le statut de Rome, prévoit en effet que la Cour ne peut entamer des procédures et juger un suspect que si et seulement si son pays est dans l’incapacité ou n’a pas la volonté de le faire. Les juges avaient décidé que les procédures en Libye étaient alors menées par des autorités compétentes, ce qui n’est pas de l’avis de Ben Emmerson. M. Senoussi « est détenu en Libye depuis 13 mois sans avoir eu accès à un avocat malgré ses demandes répétées pour en consulter un », écrit M. Emmerson, soulignant qu’Abdallah al-Senoussi était « coupé du monde », les autorisations pour contacter sa famille lui ayant été refusées. Un tribunal de Tripoli doit décider le 24 octobre s’il va inculper Seif al-Islam, le fils du dictateur déchu Mouammar Kadhafi, Abdallah al-Senoussi et 18 autres hauts responsables de l’ancien régime. Lors de la dernière parution d’Abdallah al-Senoussi devant un tribunal de Zenten le mois dernier, quelques dizaines de membres de familles des victimes du massacre d’Abou Salim en 1996, commandité selon plusieurs témoignages par M. Senoussi, manifestaient devant le tribunal de Zenten pour réclamer justice. Beau-frère par alliance de l’ancien « Guide de la révolution », Abdallah al-Senoussi faisait partie du premier cercle du pouvoir et a été l’un des artisans de la répression sanglante contre la rébellion de 2011.



Les commentaires sont fermés.