Modern technology gives us many things.

Les services secrets américains auraient espionné plus de 1000 personnes dans 60 pays.

nsa logo

 

La liste des cibles de la NSA s’allonge.
Le New York Times dévoile vendredi de nouvelles cibles de la NSA et de son homologue britannique, le GCHQ. Entre 2008 et 2011, ils auraient espionné plus de 1 000 cibles, dont le Premier ministre israélien de l’époque Ehud Olmert.
Vendredi 20 décembre, le New York Times a publié de nouvelles révélations sur l’identité des cibles que l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) et son homologue britannique (GCHQ) auraient espionné entre 2008 et 2011. Parmi ces victimes, le quotidien américain évoque notamment le Premier ministre israélien de l’époque, Ehud Olmert, le vice-président de la Commission européenne Joaquin Almunia ou encore l’ONG Médecins du Monde.
Au total, le journal fait état de plus de 1 000 cibles espionnées à travers une soixantaine de pays. Ces chiffres proviennent une nouvelle fois de documents révélés par l’ancien consultant de la NSA, Edward Snowden.
“Ce n’est pas le genre de comportement que nous attendons de nos partenaires stratégiques, sans même parler de nos États membres”, a réagi une porte-parole de la Commission européenne via un communiqué.
Vers une révision des programmes de surveillance de la NSA
La NSA, qui s’est refusée à confirmer ou infirmer les révélations du Times, a en revanche assuré ne pas avoir mené d’opérations de surveillance au profit des sociétés américaines. “Nous n’utilisons pas nos capacités de renseignement pour voler des secrets industriels de sociétés étrangères pour le compte (…) d’entreprises américaines”, a déclaré sa porte-parole Vanne Vines.
Le Times précise également que la NSA et le GCHQ ont espionné plusieurs missions de l’ONU à Genève, en Suisse, parmi lesquelles l’Institut de recherche pour le désarmement, l’Unicef ou l’ONG Médecins du Monde.
Ces révélations interviennent alors qu’un rapport rendu public mercredi milite pour une vaste refonte des programmes de surveillance de la NSA. Ce document, remis par des experts mandatés par le président américain Barack Obama, appelle en particulier à mieux coopérer avec les “alliés proches” de Washington sur les questions d’espionnage.

Xibaaru avec AFP

Les commentaires sont fermés.