Modern technology gives us many things.

Les recettes du visa : Le Sénégal et Snedai à parts égales

visas sénégal 1La mesure de réciprocité sur le visa entre en vigueur au Sénégal dès le 1er juillet. A cette date, un «visa biométrique» sera exigé à tous les étrangers désireux d’entrer dans son territoire, à l’exception des ressortissants de Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et des pays avec qui il a un accord.Le commissaire Ibrahima Diallo, Secrétaire exécutif du Comité de pilotage du visa biométrique, qui a fait face à la presse hier, vendredi 28 juin 2013, à Dakar. Ceci, en prélude au lancement officiel prévu lundi prochain, à l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Le service de prestation a été confié à l’opérateur ivoirien «Snedai». Il «préfinance le projet, mais la délivrance se fait par des agents de l’Etat» notamment la police, au niveau national et les diplomates du ministère des Affaires étrangères pour l’extérieur.


De même, ceux qui travaillent dans ce projet sont pour l’essentiel des Sénégalais, dont des ingénieurs qui gèrent le serveur (Snedai/Zetes) implanté Dakar (sous tutelle du ministère de l’Intérieur), des officiers de police, des hôtesses, etc.  Selon le Commissaire de police divisionnaire de classe exceptionnelle, le contrat est de 5 ans renouvelables. Au bout de 10 ans, le matériel est rétrocédé au Sénégal. Sur le coût du visa, il est dit que «c’est un partenariat gagnant-gagnant : 25 euros (16 250 F Cfa) reviennent au Sénégal et les 25 autres à l’opérateur pour chaque visa».

Deux pôles de délivrance  sont retenus à savoir dans les 18 ambassades et consulats de la République du Sénégal dans le monde, et à l’aéroport de Dakar. Et plus tard dans ceux du Cap-Skiring et Saint-Louis lorsqu’ils seront équipés. Le paiement en ligne et le pré-enrôlement (pré-visa) se feront à travers le site www.visasenegal.sn.

 Sept pièces à fournir

En dehors de l’aéroport international Léopold Sédar Senghor à l’arrivée, après l’obtention du pré-visa, les points d’enrôlement fonctionnels sont Paris, en ce sens que la France représente environ deux tiers des voyageurs. Il y a aussi la Belgique où l’opérateur dispose déjà d’un partenaire (sur place). Selon le commissaire Diallo, il s’agit d’un «système ultra moderne et sécurisé » pouvant  « délivrer immédiatement des visas biométriques à l’aéroport de Dakar, et plus tard  dans ceux de Cap-Skiring et Saint Louis. Dans les 18 ambassades et consulats du Sénégal la délivrance se fera en moins de 48 heures».

Il s’agit de l’original du reçu de paiement des frais de visa (50 euros ou 32 500F Cfa), un formulaire de demande de visa dûment rempli et signé par l’intéressé, une photo d’identité et le passeport en cours de validité pour six mois minimum plus la photocopie des cinq premières pages. S’y ajoutent le titre de voyage aller/retour ou une attestation détaillée de réservation de billet d’avion et la réservation d’hôtel ou le certificat d’hébergement.  Pour ceux qui vont dans des zones reculées où ils ne peuvent trouver de réservation ou certificat d’hébergement, il suffit d’une lettre du tuteur (ici au Sénégal) dûment signé et légalisé à la police, la gendarmerie ou la maire à la place. Et enfin, pour le cas d’un enfant mineur voyageant seul, une autorisation parentale signée et légalisée est requise.

 Dix entrées terrestres connectées

A partir du démarrage du projet, ce lundi, d’autres point d’enrôlement seront installés et équipés progressivement. A l’étranger, en France, après Paris, trois autres points d’enrôlement seront installés à Marseille, Lyon et Bordeaux. Cela se justifie, selon Ibrahima Diallo, par le fait que sur «les 300 mille personnes environ qui entrent au Sénégal par an, les deux tiers viennent de la France». Les autres villes retenues sont Berlin (Allemagne), Moscou (Russie), Madrid (Espagne), Rome et Milan (Italie), New Delhi (Inde), Yaoundé (Cameroun), Nouakchott (Mauritanie), Pretoria (Afrique du Sud), Banjul (Gambie) et New York et Washington (Etats Unis d’Amérique).

Au niveau national, en plus des aéroports de Dakar, Saint-Louis, Cap-Skiring, dix (10) entrées terrestres (au niveau des frontières) seront connectés. Il s’agit de Rosso-Sénégal, dans la région de Saint-Louis, de Gourel Oumar Ly et Matam dans la région du même nom, de Nayé dans la région de Tambacounda, de Fongolimbi dans la région de Kédougou, de Badiara et Ouassadou dans le Kolda, de Coumbacara dans le Sédhiou, de Mpack dans la région de Ziguinchor et de Sénoba dans le Kaolack.

 Vers un visa CEDEAO 

De l’avis du commissaire Diallo, le partenaire qui s’engage à accompagner les autorités en charge de la sécurité, va connecter et équiper ces 10 entrées terrestres. Elles seront dotées de 10 véhicules 4X4 destinées aux liaisons entre les postes frontaliers plus deux véhicules de coordination.

La loi sur la réciprocité du visa a été votée en décembre 2012. Ce n’est qu’en février 2013 que les autorités ont pris la décision d’en faire un visa biométrique pour plus de sécurité. Elles ont choisi «Snedai», à cet effet, qui a déjà fait ses preuves dans ce domaine en Cote d’Ivoire. «C’est une coopération Sud-Sud», a-t-il magnifié, révélant que la question de l’’uniformisation des visas au sein de la CEDEAO a été émise. Idem au niveau de l’Union économique et monétaire Ouest africaine. Cependant, le projet achoppe sur les «politiques qui défèrent d’un pays à l’autre».

 

Les commentaires sont fermés.