Modern technology gives us many things.

Les proches de Norbert Zongo demandent à la Cour africaine de condamner l’Etat burkinabè

norbert zongoLes proches du journaliste burkinabè Norbert Zongo assassiné il y a 15 ans, ont demandé jeudi à la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP), de condamner l’Etat burkinabè pour avoir manqué à ses obligations de rechercher et juger les coupables.


Créée par l’Union africaine (UA), la CADHP a son siège à Arusha, dans le nord de la Tanzanie.

Norbert Zongo, qui était directeur de l’hebdomadaire L’Indépendant, très critique à l’égard du pouvoir, a été tué en décembre 1998, avec son chauffeur, son frère et un ami.
En 2006, la justice burkinabè a classé le dossier, officiellement, pour manque de preuve.

‘’Nous demandons que l’Etat du Burkina Faso soit condamné pour violation » de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, a demandé Maître Brahima Kane, au nom des requérants. ‘’Jusqu’à présent, on ne connaît pas l’auteur » de l’assassinat, a déploré l’avocat.

Les plaignants dans cette affaire sont les proches de Norbert Zongo, parmi lesquels son épouse Geneviève – qui était présente à l’audience-, et le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples.

La Cour africaine, qui n’a pas compétence criminelle, peut ordonner à l’Etat burkinabè de diligenter une enquête sur l’assassinat ou de verser des dommages et intérêts aux victimes.

‘’Le Burkina Faso refuse de dire le droit. C’est nous, Burkinabé, qui exigeons vérité et justice. Ce que nous demandons c’est de rétablir les Burkinabé dans leurs droits », a renchéri, également pour le compte des requérants, Maître Bénéwendé Sankara.

De l’autre côté, Mme Antoinette Ouedraogo, avocate du gouvernement burkinabé, a affirmé que ‘’l’Etat a fait tout ce qu’il pouvait », mais que l’enquête n’avait pas pu aboutir parce qu’il s’agissait d »’un dossier tellement particulier ».

‘’Un suspect a été arrêté (dans le cadre de l’enquête) mais ce suspect est décédé », a expliqué Mme Ouedraogo, soulignant que ‘’la société burkinabé a été éprouvée par la perte de Norbert Zongo ».

Interrogée par l’AFP à la sortie de l’audience, Geneviève, la veuve de Norbert Zongo a laconiquement indiqué : ‘’Nous sommes optimistes. La vérité finira par éclater ».

Les débats doivent se poursuivre vendredi.

Signé en 1998, le protocole portant création de la Cour africaine est entré en vigueur en 2004 et l’institution a été mise en place en 2006. Ses décisions ne sont pas susceptibles d’appel.

A ce jour, 26 Etats seulement, dont le Burkina Faso, ont ratifié le protocole établissant la Cour. Une fois qu’un Etat a ratifié le protocole, il doit aussi faire une déclaration spéciale acceptant la compétence de la Cour pour permettre aux citoyens se saisir directement la Cour.

A ce jour, sept pays seulement (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Malawi, Mali, Rwanda et Tanzanie) ont signé cette déclaration spéciale.

La Cour a compétence pour connaitre de toutes les affaires et les différends dont elle est saisie concernant l’interprétation et l’application de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

Les commentaires sont fermés.