Modern technology gives us many things.

Les milliards de Habré : Abdoul MBaye dans le viseur du Parquet…

Le patrimoine saisi de Hissène Habré devra servir, d’après nos informateurs, à alimenter le fonds d’indemnisation des victimes, en cas de condamnation de l’ancien abdoul mbaye pmhomme fort de N’djamena. Mais à ce niveau de la procédure, nos sources ne manquent pas d’indiquer qu’on s’achemine vers l’installation dans la procédure de l’actuel Premier ministre du Sénégal. Abdoul Mbaye, vu ses relations avec Hissène Habrè. En fait, l’ex-Président tchadien était sous couvert du Directeur général d’alors de la Compagnie bancaire de l’Afrique de l’ouest (Cbao), Abdoul Mbaye. Ce dernier est accusé d’être impliqué dans le «transfert» et le «recyclage» des fonds de Hissène Habré qui vit en exil au Sénégal depuis 23 ans. Il est aussi reproché à M. Mbaye d’être le destinataire des relevés bancaires de Hissène Habré, un client qu’il avait fait migrer de la Cbao à la Banque sénégalo-tunisienne d’alors (Bst), lorsqu’il avait pris les commandes de cette dernière institution.
A cause de sa supposée implication dans la gestion des fonds de son client d’alors, Abdoul Mbaye avait vu le groupe parlementaire des Libéraux et démocrates déposer sans succès une motion de censure contre son gouvernement sur la table du président de l’Assemblée nationale sénégalaise, au mois de décembre 2012. Le groupe parlementaire «Libéraux et démocrates» estimait que le Premier ministre Abdoul Mbaye avait contribué au blanchiment des capitaux «pillés» par l’ancien dictateur tchadien, pour avoir «joué un rôle important dans le transfert et la dissimulation de l’argent de M. Habré, mal acquis du Trésor public tchadien».
Pour sa défense, au cours d’une conférence de presse, le Premier ministre avait invoqué, entre autres arguments, un vide juridique par rapport à cette infraction. Pour Abdoul Mbaye, «au moment des faits, il n’existait pas une loi contre le blanchiment d’argent». Une réponse qui, d’après les frères de parti de Modou Diagne Fada, sonnait comme «un aveu de blanchiment et même de recel de biens et de fortune appartenant au Peuple tchadien».  Dès lors, les Libéraux pensaient que M. Mbaye ne pouvait plus continuer à diriger le gouvernement du Sénégal.

Extraits Le Quotidien

Les commentaires sont fermés.