Modern technology gives us many things.

Les ‘Mbindanes’ invitent l’Etat à ratifier…

Des travailleuses domestiques, réunies samedi à Dakar pour une assemblée générale constitutive de leur syndicat, ont invité l’Etat sénégalais à ratifier la Convention 189 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui impose une réglementation de leur secteur d’activité.

mbindanes »Nous demandons à l’Etat de ratifier la convention 189 et de mettre en œuvre la recommandation 201 de l’Organisation internationale du travail (OIT) », a déclaré Ndella Diouf, peu après la fin des travaux de l’assemblée générale qui a consacré son élection à la tête du Syndicat autonome des travailleuses domestiques.

La Convention 189 de l’OIT offre une protection spécifique aux travailleurs domestiques. Elle fixe les droits et principes fondamentaux et impose aux États de prendre une série de mesures en vue de faire du travail décent une réalité pour les travailleurs domestiques.

Selon la nouvelle secrétaire générale du Syndicat des travailleuses domestiques, la ratification de la Convention 189 devrait permettre de  »garantir les droits et la protection sociale des travailleuses domestiques ».

Le Syndicat des travailleuses domestiques, affilié à l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (UNSAS) ambitionne de permettre aux travailleuses domestiques de s’organiser pour défendre les intérêts de ses membres « au même titre que tous les travailleurs », a-t-elle fait savoir.

 »Longtemps marginalisées, exploitées, stigmatisées, harcelées, violées et violentées, il est temps (pour nous) de dire non et de se battre pour rétablir nos droits et notre dignité », a encore déclaré Ndella Diouf.

Les travailleuses domestiques ont adopté, lors de cette assemblée générale, les textes, statuts et le règlement intérieur de leur syndicat. La rencontre se tenait sur le thème d’une  »meilleure prise en charge des préoccupations du secteur ».

Elles ont déploré, à travers le procès verbal de la rencontre,  »les conditions des travailleuses domestiques au mépris du droit et des valeurs citoyennes », tout en faisant le constat des manquements contenus dans la législation sociale sénégalaise en matière de travail domestique.

S’y ajoutent  »les multiples problèmes auxquels les travailleuses domestiques sont confrontées dans le cadre de leur travail » quotidien.

Les commentaires sont fermés.